ad ad

Comparez avant d'acheter vos LEGO

LEGO Creator Expert 10254 Winter Holiday Train

Alors que les fans doivent maintenant dépenser plus de 500 € pour s'offrir l'autre train "festif" du set 10173 Holiday Train sorti en 2006, le set LEGO Creator Expert 10254 Winter Holiday Train est-il une solution de repli acceptable pour qui veut absolument son train de Noël ?

Vendu au prix public de 94.99 €, ce set de la gamme Creator Expert de 734 pièces tient-il toutes ses promesses et le consommateur en a-t-il pour son argent ?

Pas question de vous décrire ici par le menu la boite et ses différentes faces aux couleurs chatoyantes, la taille des sachets ou l'épaisseur des deux livrets d'instructions fournis. Je me contenterai donc de vous donner mon avis en quelques lignes, et ça ira bien pour un set qui n'entrera probablement pas au panthéon des meilleures créations LEGO.

Le train en lui-même est un modèle presque décent même si le seul wagon passager fourni est ridiculement petit. L'impression d'avoir affaire à une version miniaturisée d'un train qui aurait pu être beaucoup plus détaillé est trop présente. Tout est trop petit, trop simplifié, trop compacté. Même la locomotive est désarmante de banalité pour un set de la gamme Creator Expert.

On pense alors logiquement au grand frère de ce train miniature, celui du set 10173 Holiday Train sorti en 2006 et vendu alors 89.99 €. Mais ce set étant maintenant vendu plus de 500 € sur le marché secondaire et même si la comparaison entre les deux boites au contenu sur le même thème est inévitable, le débat est clos.

lego-creator-expert-10254-winter-holiday-train-1

Du côté des couleurs, on est dans le festif bien criard. Il faut bien reconnaître qu'on est en plein dans le thème et que ça fonctionne, même si je n'ai pas d'affinités particulières avec le vert et le rouge de base proposés par LEGO. C'est probablement la faute au Dark Red et au Dark Green, deux coloris que je trouve plus subtils...

Ce train est livré avec 16 rails courbes qui, une fois assemblés pour former un circuit bien rond qui pourra faire le tour du pied du sapin, crient le besoin de motorisation. Et pour 94.99 €, vous n'aurez pas de quoi regarder votre train déambuler nonchalamment sur le modeste circuit fourni. Vous passerez bien cinq minutes à faire tchou-tchou en poussant le convoi d'une cinquantaine de centimètres à la main et en regardant le sapin tourner lentement, mais vous vous rendrez vite compte que tout ça manque cruellement d'animation.

LEGO ne manque d'ailleurs pas de vous rappeler avec insistance que vous pouvez faire de ce train un peu statique une véritable attraction mobile : Les produits de la gamme Power Functions nécessaires à sa motorisation sont mis en avant sur le dos de la boite et le livret d'instructions se termine sur une dizaine de pages consacrées à la mise en place de ces différents éléments.

En résumé, il vous faudra dépenser 13.99 € pour le boitier de piles AAA (88000), 13.99 € pour le moteur de train (88002)16.90 € pour le récepteur infrarouge (8884) et éventuellement 15.99 € pour la télécommande infrarouge (8879) soit une facture supplémentaire de 60.87 € si vous ne possédez aucun de ces éléments...

lego-creator-expert-10254-winter-holiday-train-8

Les amateurs de sets festifs désireux d'étoffer leur crèche de Noël composée des boites sur le même thème trouveront là leur bonheur. Ceux qui veulent en faire un train "à l'ancienne" pourront éventuellement débarrasser la locomotive et les wagons de leurs attributs connotés "fêtes de fin d'année" pour obtenir un (petit) train vintage/western tout à fait acceptable. C'est déjà pas mal.

LEGO indique dans la description officielle du produit : "...Inclut des instructions de montage doubles pour une construction à faire en famille..." C'est plus simple que ça : Deux livrets sont fournis, un pour assembler le train et un second qui permet d'assembler le quai, deux des cinq minifigs et les cadeaux, probablement destiné aux plus jeunes.

Il n'y a pourtant rien de très "Expert" dans ce set et un enfant de 7 ans arrive à assembler la chose en suivant attentivement les instructions. Les cinq minifigs fournies assurent un minimum de jouabilité avec un conducteur, un chef de train, une maman et ses deux gosses, même si LEGO en fait comme d'habitude des tonnes dans sa description : "...Rejoins le contrôleur dans le confortable wagon pour boire une délicieuse tasse de chocolat chaud...".

lego-creator-expert-10254-winter-holiay-train-4

A mon avis, trop de pièces sont consacrées aux objets annexes : Cadeaux, quai, banc public, lampadaire... J'aurais préféré obtenir un wagon supplémentaire à la place de ces éléments, ou mieux, un wagon passager plus long.

Le système d'aimants permettant aux wagons de rester accrochés les uns aux autres fait son job. On se demande juste pourquoi la locomotive et le wagon à charbon sont reliés par un mécanisme différent un peu bâclé. Si quelqu'un a une explication valable pour le néophyte en matière de matériel ferroviaire que je suis...

Mention spéciale pour le petit sapin de Noël qui tourne sur lui-même, il inspirera tous ceux qui veulent créer des micros-sapins pour leur crèche.

Au final, cette boite est un peu chère pour ce qu'elle propose, même si les inconditionnels des sets festifs proposés par LEGO ne se soucieront pas du prix et trouveront que j'ai la critique facile. En ce qui me concerne, je considère qu'un train qui ne se déplace pas tout seul sans devoir remettre la main au portefeuille, en 2016, ça ne devrait plus exister. Un pack, malheureusement forcément un peu plus cher mais incluant les éléments de motorisation, aurait été de bon aloi.

Je retourne assembler le château Disney, je vous en parle bientôt...

Note : Si vous avez pris la peine de lire cet article jusqu'ici, sachez que j'offre le set que j'ai reçu de la part de LEGO via un tirage au sort parmi les commentaires postés ci-dessous (Date limite de participation : le 10 octobre 2016 à 23h59). La boite est évidemment ouverte, mais le gagnant économisera 94.99 €. C'est toujours ça de pris et l'économie réalisée lui permettra de s'offrir les éléments Power Functions nécessaires pour motoriser la chose.

lego-creator-expert-10254-winter-holiday-train-7


Comparez avant d'acheter vos LEGO

LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R

Avis aux fans de voitures, de LEGO et de voitures en LEGO : Le set LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R arrive dans les rayons des LEGO Stores et du [email protected] le 1er octobre prochain.

Et ce set LEGO Ideas a quelques arguments à faire valoir pour attirer les fans : C'est avant tout un set de la gamme Ideas, une gamme très hétéroclite qui n'a pour fil rouge que l'origine des projets commercialisés, et la simple présence du logo de cette gamme sur la boite suffira à motiver tous ceux qui collectionnent ces sets.

LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R

C'est aussi un véhicule, et sportif de surcroît : un moteur 2.0 Ford Duratec de 310 chevaux, 0 à 100 km/h en 2.79s, une vitesse maximale de 250 km/h, un rapport poids/puissance de 1.6kg/ch et un prix public de 58 000 €. Et les voitures reproduites en LEGO, ça se vend tout seul ou presque. J'ai pu assembler cette maquette et je vous livre donc en vrac quelques pensées personnelles.

Du côté de la construction, rien à dire ou presque : pas de stickers, un châssis solide, quelques belles idées du designer qui a su détourner des pièces pour peaufiner le niveau de détail de l'ensemble (Pistolets, fouet, manches de sabre laser, rouge à lèvres...) et de nombreuses pièces tampographiées du logo de la marque Caterham. Le moteur en version LEGO est une reproduction assez fidèle du vrai dont il reprend les éléments principaux.

Quelques regrets : La bande jaune tampographiée du nom de la marque sur des pièces noires n'a pas la même teinte que les pièces jaunes qui constituent l'essentiel de la carrosserie du véhicule. Le texte d'introduction du livret d'instructions est en anglais. Aucune localisation pour les autres marchés.

LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R

Les ailes avant sont un peu fragiles à mon goût, même si le designer qui a repris en main le projet LEGO Ideas initial a probablement fait de son mieux pour trouver le meilleur compromis rigidité/design. Comme il s'agit plus d'une maquette destinée à l'exposition que d'un jouet, on s'en contentera. En revanche, pas d'amortisseurs visibles à l'avant comme sur la vraie. Le train avant est d'ailleurs un peu massif à mon goût sur la version LEGO mais c'est sans doute encore une fois le prix à payer pour obtenir un minimum de rigidité.

Du côté des fonctionnalités, c'est service minimum : pas de direction, ni de trucs qui s'ouvrent et se referment. Il faudra se contenter des quelques parties amovibles prévues : Le capot du moteur et le coffre. Le nez du véhicule peut aussi être retiré sans tout détruire, mais c'est sans intérêt particulier.

LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R

Il manque à mon avis quelques accessoires comme le pare-brise, et pourquoi pas les habillages latéraux, qui auraient pu être amovibles pour passer en version "minimaliste".

Dommage également que LEGO n'ait pas fait l'effort de proposer un nouveau modèle de pneu avec profil semi-slick identique à celui utilisé par Caterham.

On pourra aussi discuter du choix de la couleur du véhicule en version LEGO : Caterham propose six coloris de base (Jaune, orange, rouge, noir, vert bleu) et j'aurais préféré un bleu avec bandes oranges. Mais c'est une question de goût.

Enfin, et je sais que c'est peine perdue mais je le souligne quand même, ça manque de macaronis chromés au niveau de l'échappement.

LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R

Vous pouvez penser que je chipote plus que d'habitude, mais à 79.99 € la maquette à la gloire d'une marque mythique, j'estime que c'est de bonne guerre. Si vous avez prévu d'acheter la vraie Caterham Seven 620R, débrouillez-vous pour vous faire offrir le set LEGO par le commercial.

Sinon, sachez que j'offre le set que j'ai reçu de la part de LEGO via un tirage au sort parmi les commentaires postés ci-dessous (Date limite de participation : le 30 septembre 2016 à 23h59). La boite est évidemment ouverte, mais le gagnant économisera 79.99 € 84.99 €. C'est toujours ça de pris.

LEGO Ideas 21307 Caterham Seven 620R


Comparez avant d'acheter vos LEGO

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle

C'est un paradoxe, mais c'est aussi un marqueur important de l'évolution de l'image des produits LEGO : Dehors les studs apparents estampillés du nom de la marque présents sur la Coccinelle du set 10187 sorti en 2008, place aux surfaces bien lisses et à l'aspect maquette du véhicule du set 10252 Volkswagen Beetle proposé en 2016 (Disponible dès aujourd'hui pour les membres du programme VIP, dès le 1er août pour ceux qui sont trop fainéants pour s'inscrire à ce programme de fidélité gratuit).

C'est lisse, c'est propre, et même si certains regretteront l'aspect caractéristique des sets "d'avant", on obtient ici un produit qui rivalisera facilement, sur le plan de l'aspect extérieur, avec les autres jouets du même type, qu'ils soient en plastique, en métal ou en bois.

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle

Selon que l'on soit indulgent avec LEGO ou pas, on trouvera cette Beetle réussie et fidèle au modèle ayant servi d'inspiration ou au contraire on regrettera un rendu un peu approximatif pour un set dont la finalité est de reproduire un véhicule bien connu de tous.

Globalement, je trouve que le tout manque un peu de galbe malgré les efforts évidents du designer pour tenter de reproduire les courbes de la Coccinelle.

En ce qui me concerne, je persiste d'ailleurs avec cette image subliminale d'une 2CV Citroën vaguement déguisée en Coccinelle. La faute à un pare-brise un peu trop anguleux à mon goût, et qui manque d'ailleurs un peu d'inclinaison. Pour le reste, le doute est rapidement levé et on retrouve bien sûr tous les attributs caractéristiques de la Beetle avec son moteur arrière, ses passages de roues, son capot et ses phares.

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle

Ceci étant dit, même avec toutes les approximations et les compromis qui confirment au passage qu'on a bien affaire à un produit LEGO Creator à moins de 100 € et non pas à une maquette haut de gamme, c'est toujours un plaisir de construire un véhicule LEGO.

Je reste un fan de la brique classique et standard, et l'assemblage de ce véhicule est très plaisant : N'étant pas MOCeur dans l'âme, je dois bien reconnaître que je me suis émerveillé des quelques ingénieuses trouvailles de Mike Psiaki, le designer du set, pour donner tout son charme et son aspect détaillé à cette Beetle. Il y a d'ailleurs beaucoup de pièces 1x1 et 1x2 dans cette boite, j'en ai au passage oublié une sur l'un des clignotants avant... Soyez vigilants au déballage, même si LEGO fournit de nombreuses pièces supplémentaires (Spare parts).

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle

Du côté de la couleur de la carrosserie, on pourra disserter longuement du choix de ce bleu Dark Azure, mais je pense que nous serons tous d'accord pour dire que sur une étagère aux côtés des autres véhicules de la gamme Creator Expert : 10248 Ferrari F40, 10242 Mini Cooper et 10220 Volkswagen T1 Camper Van, cette Coccinelle bleue se fera une place de choix et saura se faire remarquer.

Comme c'est souvent le cas sur les sets qui rassemblent de nombreuses pièces de la même couleur, je constate ici aussi quelques légers écarts de teintes entre les différentes pièces en Dark Azure. C'est dommage, surtout au niveau des charnières de portière.

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle

La baguette du capot avant, ici reproduite à l'aide d'un tuyau, aurait elle à mon avis mérité un ou deux stickers, ou mieux, quelques pièces tampographiées. La protubérance qui résulte de l'utilisation de ce tuyau qui peine à épouser la courbe du capot est à mon avis un peu disgracieuse.

Je suis aussi un peu déçu par le raccourci utilisé pour arrondir les vitres latérales arrières et créer une impression d'inclinaison en trompe l'oeil sur le pare-brise : Comme si le designer avait laissé tomber l'idée de trouver une solution à base de pièces et s'était tout simplement résigné en utilisant de simples stickers.

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle

Concernant les stickers, je précise que la petite planche d'autocollants est simplement jetée dans la boite. Il y a donc un risque que vous la trouviez pliée ou abîmée. Je n'ai pas collé les différents stickers, vous comprendrez pourquoi en lisant cet article jusqu'au bout. LEGO propose différents modèles de plaques d'immatriculation, à vous d'en choisir la couleur (noire, blanche ou jaune) et d'y appliquer les stickers correspondants.

Ce set LEGO Creator sous licence officielle Volkswagen a ses défauts, ses compromis, mais à moins de 100 € (94.99 € sur le [email protected]) pour 1167 pièces, difficile de ne pas lui trouver un certain charme. La construction, certes linéaire (Le véhicule prend forme de bas en haut, depuis le châssis jusqu'au toit) est un vrai plaisir et le résultat final est plutôt flatteur.

Note : Si vous avez pris la peine de lire cet article jusqu'ici, sachez que, comme d'habitude, j'offre le set que j'ai reçu de la part de LEGO via un tirage au sort parmi les commentaires postés ci-dessous (Date limite : le 21 juillet 2016 à 23h59). La boite est évidemment ouverte, mais le gagnant économisera la modique somme de 94.99 €. C'est toujours ça de pris.

LEGO Creator Expert 10252 Volkswagen Beetle


Comparez avant d'acheter vos LEGO

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Le set a fait sensation lors de son annonce officielle et il est (presque) disponible à la vente sur le [email protected] et dans les 13 LEGO Stores localisés en Allemagne et en Autriche au prix public de 299.99 € : Cette Porsche 911 GT3 RS de 2700 pièces tient-elle toutes ses promesses ? Après de longues heures de montage, voici ce que j'en pense, sans prétention aucune et à titre très personnel.

Note : La review très complète du set mise en ligne sur Eurobricks rapporte deux problèmes avec la boite de vitesse séquentielle de cette Porsche : Un problème d'instructions (pages 267 à 269) avec deux engrenages qui doivent être interchangés pour que les vitesses passent dans le bon ordre et un problème qui provoque le blocage aléatoire de la boite.

Vous le savez si vous venez régulièrement sur le blog, je ne suis pas un grand fan de la gamme LEGO Technic et je préfère de loin les briques et les minifigs de la gamme System. Mais cette Porsche 911 GT3 RS est plus qu'un simple set de la gamme Technic : C'est un produit qui séduira un public bien plus large que celui habituellement visé par cette gamme et notamment les nombreux fans de la marque Porsche.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Cette Porsche 911 GT3 RS, dont le développement à commencé durant l'hiver 2013, est d'ailleurs le premier modèle d'une nouvelle série de sets prévus par LEGO. Amis collectionneurs, vous voilà prévenus.

L'emballage annonce la couleur : Il s'agit là d'un produit de luxe, le prix de vente le confirme, et LEGO a mis le paquet pour fournir un écrin haut de gamme à son jouet en plastique. La boite est luxueuse, le livret d'instructions de plus de 570 pages est un savant mélange entre plaquette de présentation du véhicule ayant servi de modèle, récapitulatif élogieux de la légende Porsche et mise en scène de l'expérience de construction promise à l'acquéreur de cette boite.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Autant vous prévenir tout de suite, le partie rédactionnelle du livret est uniquement déclinée en anglais et en allemand. Pour la version française, débrouillez vous pour la télécharger sur le site de la marque. Dommage pour une boite à ce prix là...

Si je vous parle de la boite, alors que je brocarde régulièrement les "reviews" qui nous décrivent consciencieusement l'emballage des produits concernés, c'est que dans ce cas précis elle contribue au conditionnement du client : On ne va pas simplement assembler une voiture lambda bardée d'engrenages et de barres en plastique avec des trous dedans, on va voir naître sous nos yeux ébahis un véhicule d'exception.

Bref, oublions le marketing, et passons aux choses sérieuses, il est temps d'assembler cette Porsche 911 GT3 RS qu'on nous promet bardée de fonctions incroyables.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Avant de pouvoir obtenir quelque chose qui ressemble à une Porsche, il faut construire le châssis, le moteur, les suspensions, etc... C'est laborieux pour ceux qui comme moi ont l'habitude d'assembler leurs sets en faisant une demi-douzaine d'autres choses en même temps : On a vite fait de décaler ou inverser quelques pièces et c'est le drame. Retour en arrière, démontage partiel, on recommence.

On se concentre et on obtient enfin un châssis fonctionnel. Les instructions sont claires et très détaillées, même un constructeur novice dans l'art d'assembler un produit de la gamme Technic comme moi s'y retrouve facilement.

Et puis on teste les différentes fonctions : Les roues tournent (un peu) si on manipule le volant, on peut "passer les vitesses" avec les "palettes" et leurs élastiques blancs un peu moches, on peut passer "la marche arrière", et on peut accessoirement s'amuser à faire rebondir le tout sur les suspensions rouges exclusives intégrées.

Je n'arrive pas à m'émerveiller de ces fonctionnalités très anecdotiques, mais comme je le dis plus haut, la gamme Technic n'est pas vraiment ma tasse de thé. Je me dis juste qu'avec 2700 pièces (dont plus de 900 pins en tous genres) au compteur, heureusement que le volant dirige les roues...

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

La suite est plus gratifiante pour qui veut enfin voir apparaître la Porsche tant attendue : On assemble les sièges, le tableau de bord, et l'ensemble de la structure supérieure qui va accueillir la carrosserie. Enfin, on installe les panneaux oranges qui achèvent de donner son look de Porsche 911 GT3 RS au véhicule. Les tubes flexibles [Hose / Soft Axle] oranges viennent adoucir les lignes de la carrosserie.

Le montage est volontairement scindé en différentes phases bien distinctes pour faire "comme à l'usine" ou Porsche fabrique la vraie 911, avec petit texte de transition et belles illustrations dans le livret d'instructions et boites séparées pour les pièces.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Les jantes sont magnifiques, elles sont ornées d'un cache central tampographié "RS" qui leur donne un look d'enfer. Les ailes avant sont également tampographiées. La plaque portant le numéro de série unique, cachée dans la boite à gants, est en revanche gravée.

Même avec ce produit enrobé d'un marketing emprunté aux plus grandes marques de luxe, LEGO ne peut s'empêcher de glisser une planche de stickers pompeusement appelée "Collection d'autocollants authentiques" dans la description du set... C'est mesquin, surtout concernant le logo Porsche, imprimé partout (sur la boite, sur les instructions) sauf sur les pièces...

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Au final, c'est joli, détaillé, mais à mon avis un peu approximatif par endroits : Quelques "trous" dans la carrosserie, les étriers de frein sont jaunes comme sur la version 2006 au lieu d'être rouges comme sur le modèle sorti cette année, les phares auraient mérité d'être plus ovales que ronds, du côté de la couleur, c'est encore celle du modèle 2006 et pas la couleur Orange Fusion de la 911 GT3 RS actuelle, mais l'essentiel y est.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

On fait ensuite vroum-vroum cinq minutes, on ouvre les portes, on cherche à accéder au moteur, on range le sac de voyage dans le coffre avant et l'expérience s'arrête au coin d'une étagère, comme c'est souvent le cas avec les modèles LEGO dont la finalité n'est pas de "jouer" avec.

J'en conviens bien volontiers, j'ai pris beaucoup de plaisir à assembler cette Porsche mais je ne suis pas devenu au passage un fan absolu de l'univers Technic pour autant. Je préfère les véhicules à base de briques, comme les sets Creator Expert 10242 Mini Cooper ou 10248 Ferrari F40 quitte à sacrifier les quelques fonctionnalités anecdotiques présentes ici.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Vous l'aurez compris, je suis plus mitigé sur l'aspect final du véhicule. Vaut-il les 300 € demandés par LEGO ? Chacun en jugera en fonction de ses moyens et de ses priorités, mais l'effort de LEGO pour proposer ce jouet en plastique dans un écrin (en carton) haut de gamme à la hauteur de la légende Porsche est louable.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS

Note : Si vous avez pris la peine de lire cet article jusqu'ici, sachez que j'offre le set que j'ai reçu de la part de LEGO via un tirage au sort parmi les commentaires postés ci-dessous (Date limite : le 8 juin 2016 à 23h59). La boite est évidemment ouverte, mais le gagnant économisera 299.99 €. C'est toujours ça de pris.

LEGO Technic 42056 Porsche 911 GT3 RS


Comparez avant d'acheter vos LEGO

LEGO Minecraft 21128 The Village

Minecraft, on aime ou on aime pas, mais impossible de nier le fait que ce jeu vidéo est un véritable phénomène, même si moi j'y vois plus les graphismes cubiques de jeux vidéo comme Wolfenstein 3D ou Doom (premier du nom) et une jouabilité d'une pauvreté sans égal...

Histoire de donner une visibilité maximale à cette boite, LEGO a dispatché quelques palettes du set 21128 Minecraft : The Village auprès de différents sites dont celui-ci et j'ai donc passé quelques heures à assembler les 1600 pièces de cette grosse boite, histoire de voir ce qu'un jouet inspiré d'un jeu vidéo dont le concept est lui-même proche de celui du jouet en question (on tourne un peu en boucle) a à offrir.

J'ai très peu joué à Minecraft, mais je contribue régulièrement à quelques parties au cours desquelles mon plus jeune fils me demande d'accomplir des tâches bizarres pour lui rendre service, comme crafter des dispensers, construire un four, etc... J'ai cependant suffisamment joué pour reconnaître instantanément le village du set 21128 et ses différents éléments, ou en tout cas pour que cette architecture cubique me soit familière.

lego-minecraft-21128-the-village-2016-6

Si vous voulez une description par le menu de la boite, de ses différentes faces, de la forme du logo, de l'épaisseur du carton et du bruit que font les sachets en les ouvrant, passez votre chemin. Tous les visuels officiels et le descriptif complet de la boite sont déjà disponibles chez LEGO à cette adresse.

En revanche, ce que je peux vous dire, c'est que comme dans le jeu, on est là pour empiler de la grosse brique. Rien de très technique, pas de quoi s'émerveiller devant l'ingéniosité déployée par les designers du set. Il y avait une charte visuelle à respecter, c'est fait. Mention spéciale pour le potager et ses carottes : Je ne sais pas vraiment pourquoi mais construire cette partie a un peu égayé un processus de montage très monotone.

LEGO Minecraft 21128 The Village

Histoire de rester dans l'esprit du jeu, LEGO fournit, en complément des instructions de base, un livret séparé avec des modifications permettant de transformer le modèle principal en village fortifié sans devoir tout démonter, c'est de bon aloi et c'est dans l'esprit de la licence.

Pas de stickers dans cette boite, c'est devenu tellement rare qu'il faut bien le souligner et le crier haut et fort. Tout est tampographié et c'est tant mieux, les pièces concernées survivront beaucoup plus longtemps aux mains pleines de Nutella des plus jeunes.

A l'arrivée, on obtient donc un petit village, avec plusieurs biomes [régions du jeu] miniatures, une tour de guet, un atelier de forgeron, une bibliothèque, une boucherie, et un marché. On peut s'y amuser avec les différentes personnages et animaux fournis (11 au total), s'inventer des aventures, mais c'est moins fun qu'avec une manette à la main et en mode survie.

Les différents modules qui composent le village peuvent être organisés comme bon vous semble. C'est modulaire et même si certains semblent s'en émerveiller, c'est quand même la moindre des choses pour un produit LEGO. Vous pouvez même construire autre chose avec les pièces si l'envie vous prend...

lego-minecraft-21128-the-village-2016-4

Soyons honnête, même avec beaucoup d'imagination, on se lassera rapidement de promener les quelques personnages fournis dans les rues de ce village. Le passage de l'écran à la table du salon implique quelques concessions et génère parfois un peu de déception.

à 219.99 € la boite, Il faut être très motivé pour investir dans ce produit dérivé de luxe qui pourra éventuellement servir de décor à quelques vidéos en stop motion. Les collectionneurs de la gamme n'auront pas le choix et les fans inconditionnels du jeu ne seront pas déçus. Les autres peuvent s'offrir d'autres sets au rapport qualité / prix plus intéressant avec 220 €.

Il y a bien quelques nouvelles pièces dans cette boite, comme celle, une plate 2x1 blanche avec un cou de minifig à place du stud habituel, servant à fixer la tête du Golem de Fer et qui est compatible avec les têtes de minifigs. Le set regorge par ailleurs de pièces couleur "Nougat" utilisées notamment pour les toits des maisons et les barrières des enclos. Encore une fois, si vous avez envie ou besoin de ces pièces, pas besoin de dépenser 220 € pour les obtenir, il y a Bricklink pour ça.

En résumé, ce set est un joli produit dérivé, cossu et fidèle à l'univers de Minecraft, à réserver aux fans inconditionnels du jeu.

Comme me l'a dit mon fils, le truc le plus fun à faire avec ce set, en dehors de la phase d'assemblage, c'est encore d'essayer de reproduire le village dans le jeu. La boucle est bouclée. Retour à la manette et fin de l'histoire.

Ce set est en vente sur le [email protected] et dans les LEGO Stores au prix public de 219.99 €.

Note : Si vous avez pris la peine de lire cet article jusqu'ici, sachez que j'offre le set que j'ai reçu de la part de LEGO via un tirage au sort parmi les commentaires postés ci-dessous (Date limite : le 30 mai 2016 à 23h59). La boite est évidemment ouverte, mais le gagnant économisera 219.99 €. C'est toujours ça de pris.

LEGO Minecraft 21128 The Village


Comparez avant d'acheter vos LEGO

LEGO Ideas 21305 Maze

Vu que LEGO a gentiment proposé de m'envoyer un exemplaire du set LEGO Ideas 21305 Maze en échange de mon avis sur cette boite, je me suis donc prêté au jeu et j'ai patiemment assemblé cette reproduction à base de briques LEGO d'un grand classique du jouet.

Je ne vais pas m'étaler ici sur le processus de montage de ce set, d'autres le feront mieux que moi et je préfère m'attarder sur l'intention réelle de cette boite : Proposer une version jouable d'un labyrinthe mobile en bois qui a sans doute connu son heure de gloire il y a quelques dizaines d'années mais qui n'intéresse plus grand monde aujourd'hui.

En deux mots tout de même, j'ai trouvé le montage assez ennuyeux durant les phases de construction du support intégrant le mécanisme d'inclinaison et du cadre dans lequel vient se glisser le plateau de jeu. C'est forcément un peu répétitif et monotan-tone. J'ai pris plus de plaisir à assembler le plateau de jeu avec les petites maisons de type "Monopoly", les espaces verts, les chemins Tan et les (deux) arbres.

Alors, peut-on vraiment jouer avec ce labyrinthe mobile ? A quelques détails près, la réponse est oui. J'ai cependant rapidement écourté ma séance de jeu : Les ballons de foot fournis par LEGO me semblent trop légers et il manque à mon goût l'inertie des bonnes vieilles billes en acier. Avec un peu d'entraînement et en manipulant très doucement les roues Technic, on arrive cependant à  gérer les déplacements des ballons, à éviter les cases "noires" et à boucler le parcours prévu.

Autre détail qui me gâche un peu le plaisir : Sur la version en bois, il s'agit d'éviter que la bille ne tombe dans des trous disséminés sur le plateau de jeu. Ici, la bille finit simplement sa course dans un espace non "tilé". C'est moyennement excitant. Dans mes souvenirs, la disparition soudaine de la bille faisait son petit effet. Cet effet n'est pas là avec cette version LEGO : La bille reste simplement bloquée sur le plateau de jeu.

Au passage, quand vous aurez fini d'assembler la chose en suivant les instructions, n'oubliez pas de retirer la cale prévue pour éviter que le plateau supérieur ne bouge durant le transport avant de commencer une partie...

De son côté, le mécanisme d'inclinaison joue parfaitement son rôle : C'est précis et à condition de faire preuve d'un peu de coordination, même les plus jeunes maîtriseront rapidement le principe. Seul défaut notable, l'angle d'inclinaison maximal du plateau intérieur n'est pas le même des deux côtés. Même chose dans une moindre mesure pour le cadre extérieur. On me répondra qu'îl n'est pas nécessaire de pousser les deux axes à leur angle maximal pour déplacer la bille, mais ce détail mérite tout de même d'être souligné. Le créateur du projet initial en parle d'ailleurs dans sa review vidéo.

LEGO Ideas 21305 Maze

Nous savons tous qu'une partie des acquéreurs de ce set, collectionneurs de belles boites ou investisseurs qui misent sur la popularité des produits LEGO Ideas, ne l'ouvrira probablement jamais. D'autres assembleront ce labyrinthe, y joueront quelques minutes et le laisseront ensuite prendre la poussière dans un coin. Il restera alors les plus motivés qui essaieront de créer quelques plateaux de jeu alternatifs, histoire de prolonger l'intérêt de la chose, même si la plupart de ces changements ne seront au final que purement esthétiques.

Concernant les deux plateaux de jeu présentés sur la boite avec la mention "2 in 1", vous ne pourrez d'ailleurs pas les assembler tous les deux avec l'inventaire fourni : Ils partagent des pièces communes et il faudra donc en démonter un pour assembler l'autre. C'est mesquin.

Certains ne manqueront d'ailleurs pas de me dire que je peux toujours modifier ce qui ne me convient pas, améliorer la chose, utiliser d'autres billes, que c'est du LEGO et que donc je peux changer ou adapter ce que je veux, etc... Dans ce cas précis, cet argument n'est pas recevable à mes yeux.  J'achète un produit pour lequel le fabricant me fait une promesse de résultat. Ceux qui se feront offrir cette boite ne disposent pas tous d'un vrac conséquent ou de la capacité et l'envie de se lancer dans diverses adaptations ou modifications. LEGO ou pas, c'est un produit fini qui doit répondre aux attentes du client tel qu'il est vendu.

Au final, cette boite manque à mes yeux d'un peu de "panache" pour un produit estampillé "LEGO Ideas". Nostalgie mise à part, le jeu d'adresse, inventé dans les années 40 par le fabricant suédois BRIO, dont s'inspire vaguement cette version LEGO à 74.99 € est surtout un passe-temps démodé auquel quasiment plus personne ne joue aujourd'hui... Les versions originales en bois sont d'ailleurs trouvables pour quelques euros en brocante.

Même si le set 21305 est visuellement réussi (L'emballage est magnifique...), LEGO passe à mon sens un peu à côté du sujet concernant la jouabilité : La simplification du système de jeu, voulue par le créateur du projet lui-même et conservée par LEGO dans le produit final, tue un peu le concept de départ. La bille DOIT disparaître dans un trou, c'est ce qui provoque en premier lieu les jurons et les exclamations des joueurs les plus maladroits...

Vous avez mon avis sur cette boite qui sera disponible dès le 1er avril prochain et qui finalement ne mérite peut-être pas toute l'attention dont elle fait l'objet. Mais comme c'est LEGO qui régale, de nombreuses reviews sont dès à présent disponibles.

Note : Si vous avez pris la peine de lire cet article jusqu'ici, sachez que j'offre le set que j'ai reçu de la part de LEGO via un tirage au sort parmi les commentaires postés ci-dessous (Date limite : le 20 mars 2016 à 23h59). La boite est évidemment ouverte, mais le gagnant économisera 69.99 €. C'est toujours ça de pris.

LEGO Ideas 21305 Maze


Comparez avant d'acheter vos LEGO

76042 The SHIELD Helicarrier

Petit retour sur 2015, une année LEGO faite à la fois de sets très réussis et de boites plutôt médiocres. Chacun y aura probablement trouvé son compte mais la gamme Star Wars a encore une fois ronronné en attendant le prétexte indispensable à un renouveau salutaire. Les premiers sets basés sur le film Star Wars : The Force Awakens sont, à défaut d'être parfaits, au moins rafraîchissants avec de nouveaux vaisseaux et autres engins accompagnés d'une flopée de minifigs inédites. J'attends la suite avec impatience.

Mon set préféré en 2015 ? Il s'agit de la boite 76042 The SHIELD Helicarrier. On pourra disserter sur les problèmes d'échelle ou de finition de la chose, mais c'est le set qui a mes yeux incarne pour 2015 le meilleur de ce que LEGO peut nous offrir.

Trop habitué à la fainéantise de LEGO lorsqu'il s'agit des gammes Marvel et DC Comics avec de très belles minifigs généralement entourées d'engins sans grand intérêt, j'ai été surpris de voir que pour une fois la brique reprenait le contrôle avec ce set dont le Helicarrier est la vraie star. La présence de Studs visibles sur toute la surface de l'engin a été le sujet de nombreuses discussions, et je pense finalement que c'est une bonne chose : Cette création n'est pas une maquette, c'est une construction à base de briques LEGO.

Je suis toujours très attaché au concept original LEGO et je me refuse à ne collectionner que les minifigs. Il me faut une construction, un truc à assembler. Les minifigs ne sont qu'une partie du hobby, on aurait parfois tendance à l'oublier.

70751 Ninjago Temple

La boite qui m'a obligé cette année à transgresser mes principes de collectionneurs au budget non extensible, c'est le set 70751 Ninjago Temple. Encore une fois, LEGO remet les briques au centre de l'équation avec ce superbe temple et son environnement. Je suis longtemps resté à l'écart de la gamme Ninjago en raison de la confusion des genres dans cet univers où les avions de chasse côtoient les dragons, et ce temple est une belle création qui remet l'expérience Ninjago dans un contexte qui me semble plus cohérent.

75094 Imperial Shuttle Tydirium

Du côté de la gamme Star Wars, 2015 ne me laissera pas un souvenir impérissable. Les quelques sets basés sur la série Star Wars Rebels n'y changeront rien et mon profil de collectionneur de longue date m'empêche de m'émerveiller devant les sempiternelles rééditions à peine remaniées de sets déjà sortis sous une forme ou une autre.
Le set 75094 Imperium Shuttle Tydirium est à mon avis le plus réussi de la vague 2015. Cette boite réussit presque à nous faire oublier les limitations du format System.

Sans rivaliser avec la version UCS du set 10212 Imperial Shuttle sortie en 2010, cette boite prouve qu'on ne peut pas toujours s'abriter derrière les contraintes en terme de nombre de pièces ou de prix public pour justifier la médiocrité d'un set : Il est possible de proposer quelque chose de très abouti tout en restant raisonnable.

Les deux sets UCS de la gamme Star Wars sortis en 2015, les boites 75095 Tie Fighter et 75060 Slave Ine me laisseront pas un souvenir impérissable : Ce sont des versions certes détaillées de vaisseaux emblématiques mais dont les multiples déclinaisons au format System encombrent déjà mes étagères.

Les flops 2015 sont à mon avis trop nombreux pour tous les lister ici, mais j'accorde tout de même un mention spéciale au set 76037 Rhino and Sandman Super Villain Team-up qui est pour moi la boite ratée de 2015. Elle incarne parfaitement cette fainéantise dont je parle plus haut, en piétinant au passage le principe même défendu par la marque à longueur de campagne marketing. Ici, il n'y a presque rien à construire et ceux qui ont essayé de jouer avec cette boite se sont vite rendus compte que tout s'écroule à la moindre manipulation.

76037 Rhino and Sandman Super Villain Team-up

Au final, 2015 aura été pour moi une année au cours de laquelle j'ai redécouvert le plaisir de voir la construction revenir au centre du concept et ne pas servir de prétexte : Mes sets favoris sont ceux qui représentent le mieux cet équilibre entre briques et minifigs.

Je sais qu'il y a probablement autant d'avis que de boites et j'attends avec impatience de savoir quels ont été vos sets préférés en 2015.


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Suite et fin de mon compte-rendu sur le LEGO Inside Tour 2015.

Nous sommes donc vendredi, dernier jour du voyage, et après une présentation Powerpoint à la gloire du groupe Merlin Entetainments qui gère les parcs LEGOland depuis 2005, nos accompagnateurs nous invitent à participer à un prometteur "Backstage Tour" du parc de Billund.

C'est finalement l'activité la moins intéressante du Tour : Il n'y a pas grand chose à voir Backstage. Nous marchons parmi les ateliers d'entretien et de nettoyage où quelques employés s'affairent avant de pénétrer par une porte dérobée dans les coulisses sombres d'une attraction semblable à celle basée sur la franchise Pirates des Caraïbes de Disneyland Paris.

En quelques minutes, nous ressortons de la chose sans avoir vraiment vu grand chose. Ensuite, nous prenons la direction de l'atelier dans lequel sont assemblés les éléments du Miniland du parc. On y voit les concepteurs coller les pièces des personnages et des véhicules, on pose quelques questions et retour au parc pour une visite en groupe du Miniland en question.

Cet espace du parc dédié aux mini-constructions est plutôt agréable à visiter mais il ne faut pas être trop exigeant sur l'entretien et la fraîcheur de certains ensembles, surtout ceux qui sont présents depuis de longues années. Les intempéries font leur travail et le vernis qui doit en principe permettre de limiter la casse n'a pas l'air très efficace... L'espace dédié à l'univers Star Wars , installé en 2011, est dans un état passable.

Retour à l'hôtel en début d'après-midi pour la cérémonie de clôture du Tour. On nous remercie chaleureusement d'être venu, on nous présente le set exclusif édité pour l'occasion et le designer Steen Sig Andersen, personnage très sympathique et abordable, signe patiemment la boite de chaque participant.

Fin du Tour.

Du côté des souvenirs que chaque participant peut rapporter de Billund, le butin est plutôt maigre : Quelques minifigs qui servent de carte de visite aux différents interlocuteurs rencontrés, quelques briques distribuées à la sortie de l'usine et une paire de goodies offertes par les designers lors de leur présentation. Les designers de la gamme Bionicle avaient de leur côté prévu un souvenir à tirage limité plutôt sympa (qui n'est pas sur la photo ci-dessous).

Alors, faut-il dépenser 2000 € plus les frais pour ce LEGO Inside Tour ? La réponse dépend de ce que vous espérez y trouver : Si vous êtes un AFOL qui se tient régulièrement au courant de l'actualité LEGO, vous pouvez garder votre argent. Tel qu'il est organisé actuellement, ce Tour s'adresse plus au consommateur qui aime la marque et qui veut se faire plaisir qu'au fan pur et dur qui sait déjà tout sur LEGO et qui aura l'impression qu'on lui ressort tout le contenu déjà existant et disponible sur le web.

Le programme actuel est trop centré sur l'historique et le fonctionnement de la société et pas suffisamment sur la conception et la fabrication des produits. Le seul moment vraiment intéressant a été la rencontre avec les designers. Le reste n'est quasiment que du marketing au service du prestige de la marque.
Faire un selfie dans le hall d'entrée du siège de la marque suffira à en rassasier certains, il m'en faut un peu plus pour y trouver mon compte.

Ce que LEGO ne semble pas avoir compris, c'est que les gens qui payent pour venir sont déjà acquis à la cause et que ce n'est pas la peine d'essayer de les convaincre que LEGO est une entreprise qui veut le bien des enfants, qui respecte l'environnement, qui fait le bien partout dans le monde, etc...

Je sais que de nombreux participants seront beaucoup plus indulgents que moi quant à l'intérêt du contenu du Tour, mais tout ce que je vous dis ici, je l'ai également mentionné sur place ainsi que dans le questionnaire de satisfaction qu'on nous a remis à la fin de cet Inside Tour, histoire d'être cohérent avec moi-même. Cette remontée d'informations doit en principe servir à adapter le contenu du Tour pour répondre au mieux des attentes des participants. Mais la diversité des profils des participants présents rend forcément cet exercice difficile, il est impossible de satisfaire tour le monde.

Je reste persuadé que l'intérêt principal de ce type de Tour pour un AFOL, c'est la possibilité de rencontrer "en vrai" et sans intermédiaire tous ceux qui sont à l'origine des produits qu'on achète et qu'on aime. C'est déjà partiellement le cas, mais ces rencontres très intéressantes sont trop courtes et sont intercalées entre de laborieuses présentations et visites sans grand intérêt. Je suis d'ailleurs vraiment déçu de pas avoir pu découvrir le processus de fabrication et d'impression des minifigs alors que l'emploi du temps le permettait largement.

La seule solution viable, à mon sens, serait de proposer deux types d'Inside Tours : Un pour les AFOLs, vraiment centré sur la conception et la fabrication des produits et un second plus général à destination des clients désireux d'en savoir plus sur la marque et qui ont les moyens de s'offrir ce type de voyage.

Voilà ce que je pouvais vous dire sur ma participation à ce LEGO Inside Tour 2015. J'en reviens à la fois heureux d'avoir pu rencontrer ceux qui imaginent les produits que j'aime (ou que j'aime moins) et déçu d'une partie du contenu proposé. C'était presque "Awesome", mais pas totalement.

Encore une fois, merci à Kim du CEE Team de nous avoir accordé du temps, et à Camila, Abdallah, Regina et Astrid, nos chaperons, pour leur accueil, leur convivialité, leur oreille attentive à nos critiques et leur patience.

 N'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Reprenons où nous en étions. Arrivée le mardi à midi à l'aéroport de Billund après quelques heures d'avion, je marque de mon passage le mur de briques de l'hôtel avant un déjeuner très agréable et très constructif en compagnie de Kim, l'un des membres du CEE Team (L'équipe en charge des relations entre LEGO et les AFOLs). Cette rencontre n'était pas prévue dans le programme, nous l'avions organisée en parallèle et ce fût un excellent moment d'échange et de remontée d'informations en face à face. C'est toujours mieux que par email et ça évite les malentendus et les quiproquos.

Précision importante : Si vous ne maîtrisez pas l'anglais, gardez votre argent. Certains intervenants ont parfois un fort accent et pour suivre, mieux vaut avoir révisé ses bases.

Le mercredi matin, après une introduction un peu laborieuse sur la société LEGO qui n'aura été utile qu'aux membres du groupe qui ne suivent que d'un oeil l'actualité de la marque, direction la LEGO Idea House. L'endroit n'est pas ouvert au public, LEGO s'en sert d'aide-mémoire pour les nouveaux employés qui y découvrent l'histoire du groupe LEGO et l'évolution des produits depuis les jouets en bois jusqu'aux gammes les plus récentes. J'ai profité de l'occasion de découvrir le bureau du fondateur de la marque, Ole Kirk Christiansen, pour m'asseoir à sa place dans son bureau "historique".

Dans le même bâtiment, visite éclair du "Vault", l'endroit où LEGO garde précieusement un exemplaire de (presque) tous les sets sortis. Evidemment, j'ai essayé de jeter un oeil sur les étagères affublées de l'étiquette 2015 pour tenter d'apercevoir quelques sets inédits, mais cette section était fermée pour l'occasion. Dommage.

A l'étage, dans le musée qui présente les premiers jouets en bois de la marque et quelques machines utilisées pour mouler les premières pièces en plastique ABS, rencontre très intéressante avec deux représentants du service juridique de la marque qui venaient parler de la contrefaçon des produits LEGO. Contrairement aux idées reçues, LEGO semble lutter plutôt activement contre les contrefaçons qui inondent actuellement le marché, même si c'est un travail de longue haleine qui mettra du temps à porter ses fruits.

Retour à l'hôtel pour un moment que j'attendais avec impatience, la rencontre avec les designers. Moment vraiment très agréable, après une courte présentation des nouveautés du moment (rien d'inédit), les designers sont disponibles et parlent volontiers de leur travail. Mention spéciale à Olav Krøigaard, concepteur notamment des sets 75059 UCS Sandcrawler, 75095 UCS Tie Fighter ou encore du plus ancien 8038 The Battle of Endor qui a vraiment pris le temps de discuter avec nous de son travail. J'étais comme un gosse devant une star, ça fait du bien.

Tous les designers présents jouent le jeu et répondent, quand ils le peuvent, aux questions des membres du groupe. Vient ensuite le moment de l'animation du jour : Il s'agit pour les membres du groupe de construire un truc en respectant les règles du briefing fourni. Je dois vous avouer que je n'ai pas vraiment donné le meilleur de moi-même sur ce challenge, préférant discuter encore et encore avec les designers présents. Certains membres du groupe se sont pris au jeu et sont restés sur place très tard dans la nuit pour finaliser leur création.

Passage éclair dans l'après-midi du PDG de la marque, Jørgen Vig Knudstorp, qui s'excuse de ne pas pouvoir rester plus longtemps, répond à deux questions de l'assistance et s'éclipse et à qui j'avais prévu de donner une minifig Hoth Bricks. Reparti en coup de vent, il ne l'aura pas, tant pis pour lui ;-).

Le jeudi a été la journée la plus chargée et la plus "chronométrée" : Visite éclair de l'usine "Kornmarken" où sont moulées les pièces, rapide visite du siège de la marque qui n'aura d'ailleurs pas dépassé l'entrée. Nous avons ensuite été rassemblés dans une pièce pour une présentation d'un vague projet de jeu vidéo en cours de développement.

Passage par l'endroit où LEGO gère son "Customer Service", celui qui vous expédie les pièces manquantes ou cassées de vos boites, présentation sur la conception des instructions de montage qui aurait gagné à être plus longue et présentation très "corporate" de la LEGO Fondation avec une mise en avant de ses actions en Afrique du Sud.

Ensuite, visite consacrée au projet LEGO House, le gros complexe que LEGO construit en plein coeur de Billund et qui ouvrira ses portes en 2017. Présentation autour de la maquette que vous voyez dans la première partie du compte-rendu et visite éclair du chantier où il n'y a rien à voir à part deux grues. Moment inutile, je ne vois pas l'intérêt de perdre du temps à admirer quelques cabanes de chantier depuis une plateforme surélevée. Vous pouvez d'ailleurs en apprendre plus sur ce projet sans bouger de chez vous à cette adresse.

Plus tard, visite à la boutique réservée aux employés de la marque où les prix sont largement plus intéressants que dans les boutiques du parc LEGOland (10% plus élevés qu'en France au taux de change actuel). Sans rentrer dans les détails, la boutique réservée aux employés affiche des tarifs vraiment très très (très) compétitifs...

Gros regret, nous n'avons rien vu "en vrai" concernant la fabrication, l'assemblage et l'impression des minifigs... C'est dommage, j'étais aussi venu pour ça...

Le soir-même, dîner très agréable dans l'un des restaurants du parc en compagnie des designers avant une cérémonie de remise de prix récompensant les meilleures créations du challenge mentionné plus haut. Encore une occasion de discuter avec les designers, j'ai apprécié ce moment d'échange informel. Evidemment, je n'ai pas gagné, mais j'ai quand même eu droit à un petit cadeau (un set Elves) que j'ai d'ailleurs donné à la seule petite fille du groupe.

Dans la troisième partie, je vous parlerai du dernier jour, des trucs que je ramène de là-bas et je vous donnerai enfin mon avis sur cette "expérience".

N'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

à suivre...


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Avant toute entrée en matière, je tiens à préciser que ce compte-rendu sur le déroulement du LEGO Inside Tour 2015 n'engage que moi et qu'il ne s'agit que de mon avis sur mon expérience. Chaque participant aura probablement un avis différent sur le sujet et c'est très bien comme ça.

Ceci étant dit, il est important de poser le contexte de ce "pélerinage au pays du LEGO" : Il ne s'agit pas d'une invitation, ceux qui souhaitent participer au LEGO Inside Tour payent leur part et financent de leur poche les frais pour s'y rendre. Et ça change tout. En payant le tarif demandé par LEGO pour avoir le droit de participer à cette "expérience unique qui nous permet de découvrir la société LEGO de l'intérieur", le participant devient un client qui paye pour une prestation. Et lorsque je suis un client, je suis exigeant surtout que pour avoir le droit de participer à cet Inside Tour, j'ai du m'organiser pour être devant mon ordinateur le jour de l'ouverture des inscriptions et recharger hystériquement la page pour accéder au formulaire avant que le Tour soit "Sold Out", ce qui est arrivé en moins de cinq minutes cette année.

Le LEGO Inside Tour en chiffres, ça donne ça : 14500 DKK (Environ 2000 €) à régler pour pouvoir y participer, 1450 points VIP crédités sur votre compte, 4 sessions sont organisées en 2015, 35 personnes par session, environ 250 € de billets d'avion, 2 jours et demi d'activités, de présentation et de visites diverses et variées et 4 accompagnateurs permanents très sympathiques autour du groupe.

Autant vous le dire tout de suite, si vous avez internet vous avez déjà pu découvrir sur Youtube la majeure partie des "secrets de LEGO" qu'on nous promet de nous révéler : Visite de l'usine (à voir en vidéo à cette adresse), visite de la LEGO Idea House (à voir en vidéo à cette adresse), Vidéo sur la naissance de la marque (à voir en vidéo à cette adresse).

Dans le forfait à 2000 €, vous payez pour 3 nuits d'hôtel avec petit déjeuner inclus. Les chambres de l'hôtel LEGOland n'ont rien d'exceptionnel mais elles sont spacieuses et propres, et vous avez une vue directe sur le parc d'attractions attenant (Photo ci-dessous). Si vous réservez en cette saison, ces "Kids House Rooms" sont facturées 1510 DKK (202 €) la nuit.

Du côté des repas, sur l'ensemble du séjour, le dîner du jour d'arrivée et le déjeuner du lendemain ne sont pas inclus. C'est mesquin, mais on fait avec. Concernant la qualité de la nourriture proposée durant le séjour, c'est correct et vous avez le choix (C'est buffet à tous les repas). Concrètement, vous payez pour 4 repas.

Dans le forfait de départ, vous achetez également un Season Pass pour le parc LEGOland d'une valeur de 629 DKK (85 €). Il est valable durant l'année en cours et vous donne même droit à de nombreux avantages en plus de l'accès au parc (voir à cette adresse).

Durant le séjour, vous disposez de quelques heures de liberté durant lesquelles vous pouvez profiter du parc. Ce n'est pas Disneyland, les attractions sont principalement destinées aux très jeunes enfants et l'entretien du Miniland, l'espace rassemblant les maquettes LEGO, laisse à désirer : Les maquettes sont défraîchies, certaines animations sont en panne et les fréquentes intempéries n'arrangent pas les choses.

Dans mon groupe, les profils étaient très différents : Familles avec leurs enfants, adultes venus seuls ou en couple, quelques AFOLs, vendeurs sur Bricklink venus d'Asie ou touristes qui avaient intégré cet Inside Tour dans leur programme de vacances en Europe.

Précision utile, le programme du LEGO Inside Tour est basé sur un emploi du temps très précis qu'il faut respecter à la lettre. Comme dans un voyage touristique organisé, le groupe se déplace en bus, encadré de ses accompagnateurs qui font accélérer la cadence si nécessaire, qui vous confisquent vos téléphones et appareils photo dès que vous entrez dans un lieu "sensible", et qui vous demandent de finir votre déjeuner en vitesse parce qu'une énième présentation vous attend. Comme chez FRAM, sauf qu'ici vous signez un NDA (Non Disclosure Agreement) qui vous interdit de parler de tout ce que vous avez vu ou entendu. Un peu inutile, je n'ai pas vu grand chose qui ne soit pas connu de tous...

En parlant de présentations, vous passez beaucoup de temps assis dans une salle à regarder des vidéos et des slides Powerpoint, à écouter un type du marketing vous parler du succès de LEGO, ou un autre type qui vous raconte tout le bien que LEGO fait en Afrique, etc.... Les rares séances de questions-réponses sont souvent interrompues parce qu'il faut reprendre le bus pour aller ailleurs.

Je reviendrai dans la seconde partie sur les différentes étapes du séjour en expliquant pourquoi elles étaient de mon point de vue intéressantes, ennuyeuses ou superflues. Mais je peux déjà vous confirmer que sur l'ensemble du séjour, le seul vrai moment "unique", c'est la rencontre avec une dizaine de designers qui prennent le temps de discuter avec vous et qui même s'ils ne peuvent évidemment pas répondre à toutes vos questions pour les raisons que vous imaginez, sont suffisamment disponibles pour que l'échange soit intéressant.  Ces designers ne sont pas des AFOLs, ce sont des gens avec des profils professionnels très variés qui travaillent chez LEGO et qui conçoivent des produits pour un grand fabricant de jouets. La nuance est importante.

Le cadre est posé, et l'Inside Tour peut commencer. On nous promet même de pouvoir rencontrer Jørgen Vig Knudstorp, le PDG du groupe...

à suivre...