Comparez avant d'acheter vos LEGO

Suite et fin de mon compte-rendu sur le LEGO Inside Tour 2015.

Nous sommes donc vendredi, dernier jour du voyage, et après une présentation Powerpoint à la gloire du groupe Merlin Entetainments qui gère les parcs LEGOland depuis 2005, nos accompagnateurs nous invitent à participer à un prometteur "Backstage Tour" du parc de Billund.

C'est finalement l'activité la moins intéressante du Tour : Il n'y a pas grand chose à voir Backstage. Nous marchons parmi les ateliers d'entretien et de nettoyage où quelques employés s'affairent avant de pénétrer par une porte dérobée dans les coulisses sombres d'une attraction semblable à celle basée sur la franchise Pirates des Caraïbes de Disneyland Paris.

En quelques minutes, nous ressortons de la chose sans avoir vraiment vu grand chose. Ensuite, nous prenons la direction de l'atelier dans lequel sont assemblés les éléments du Miniland du parc. On y voit les concepteurs coller les pièces des personnages et des véhicules, on pose quelques questions et retour au parc pour une visite en groupe du Miniland en question.

Cet espace du parc dédié aux mini-constructions est plutôt agréable à visiter mais il ne faut pas être trop exigeant sur l'entretien et la fraîcheur de certains ensembles, surtout ceux qui sont présents depuis de longues années. Les intempéries font leur travail et le vernis qui doit en principe permettre de limiter la casse n'a pas l'air très efficace... L'espace dédié à l'univers Star Wars , installé en 2011, est dans un état passable.

Retour à l'hôtel en début d'après-midi pour la cérémonie de clôture du Tour. On nous remercie chaleureusement d'être venu, on nous présente le set exclusif édité pour l'occasion et le designer Steen Sig Andersen, personnage très sympathique et abordable, signe patiemment la boite de chaque participant.

Fin du Tour.

Du côté des souvenirs que chaque participant peut rapporter de Billund, le butin est plutôt maigre : Quelques minifigs qui servent de carte de visite aux différents interlocuteurs rencontrés, quelques briques distribuées à la sortie de l'usine et une paire de goodies offertes par les designers lors de leur présentation. Les designers de la gamme Bionicle avaient de leur côté prévu un souvenir à tirage limité plutôt sympa (qui n'est pas sur la photo ci-dessous).

Alors, faut-il dépenser 2000 € plus les frais pour ce LEGO Inside Tour ? La réponse dépend de ce que vous espérez y trouver : Si vous êtes un AFOL qui se tient régulièrement au courant de l'actualité LEGO, vous pouvez garder votre argent. Tel qu'il est organisé actuellement, ce Tour s'adresse plus au consommateur qui aime la marque et qui veut se faire plaisir qu'au fan pur et dur qui sait déjà tout sur LEGO et qui aura l'impression qu'on lui ressort tout le contenu déjà existant et disponible sur le web.

Le programme actuel est trop centré sur l'historique et le fonctionnement de la société et pas suffisamment sur la conception et la fabrication des produits. Le seul moment vraiment intéressant a été la rencontre avec les designers. Le reste n'est quasiment que du marketing au service du prestige de la marque.
Faire un selfie dans le hall d'entrée du siège de la marque suffira à en rassasier certains, il m'en faut un peu plus pour y trouver mon compte.

Ce que LEGO ne semble pas avoir compris, c'est que les gens qui payent pour venir sont déjà acquis à la cause et que ce n'est pas la peine d'essayer de les convaincre que LEGO est une entreprise qui veut le bien des enfants, qui respecte l'environnement, qui fait le bien partout dans le monde, etc...

Je sais que de nombreux participants seront beaucoup plus indulgents que moi quant à l'intérêt du contenu du Tour, mais tout ce que je vous dis ici, je l'ai également mentionné sur place ainsi que dans le questionnaire de satisfaction qu'on nous a remis à la fin de cet Inside Tour, histoire d'être cohérent avec moi-même. Cette remontée d'informations doit en principe servir à adapter le contenu du Tour pour répondre au mieux des attentes des participants. Mais la diversité des profils des participants présents rend forcément cet exercice difficile, il est impossible de satisfaire tour le monde.

Je reste persuadé que l'intérêt principal de ce type de Tour pour un AFOL, c'est la possibilité de rencontrer "en vrai" et sans intermédiaire tous ceux qui sont à l'origine des produits qu'on achète et qu'on aime. C'est déjà partiellement le cas, mais ces rencontres très intéressantes sont trop courtes et sont intercalées entre de laborieuses présentations et visites sans grand intérêt. Je suis d'ailleurs vraiment déçu de pas avoir pu découvrir le processus de fabrication et d'impression des minifigs alors que l'emploi du temps le permettait largement.

La seule solution viable, à mon sens, serait de proposer deux types d'Inside Tours : Un pour les AFOLs, vraiment centré sur la conception et la fabrication des produits et un second plus général à destination des clients désireux d'en savoir plus sur la marque et qui ont les moyens de s'offrir ce type de voyage.

Voilà ce que je pouvais vous dire sur ma participation à ce LEGO Inside Tour 2015. J'en reviens à la fois heureux d'avoir pu rencontrer ceux qui imaginent les produits que j'aime (ou que j'aime moins) et déçu d'une partie du contenu proposé. C'était presque "Awesome", mais pas totalement.

Encore une fois, merci à Kim du CEE Team de nous avoir accordé du temps, et à Camila, Abdallah, Regina et Astrid, nos chaperons, pour leur accueil, leur convivialité, leur oreille attentive à nos critiques et leur patience.

 N'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Reprenons où nous en étions. Arrivée le mardi à midi à l'aéroport de Billund après quelques heures d'avion, je marque de mon passage le mur de briques de l'hôtel avant un déjeuner très agréable et très constructif en compagnie de Kim, l'un des membres du CEE Team (L'équipe en charge des relations entre LEGO et les AFOLs). Cette rencontre n'était pas prévue dans le programme, nous l'avions organisée en parallèle et ce fût un excellent moment d'échange et de remontée d'informations en face à face. C'est toujours mieux que par email et ça évite les malentendus et les quiproquos.

Précision importante : Si vous ne maîtrisez pas l'anglais, gardez votre argent. Certains intervenants ont parfois un fort accent et pour suivre, mieux vaut avoir révisé ses bases.

Le mercredi matin, après une introduction un peu laborieuse sur la société LEGO qui n'aura été utile qu'aux membres du groupe qui ne suivent que d'un oeil l'actualité de la marque, direction la LEGO Idea House. L'endroit n'est pas ouvert au public, LEGO s'en sert d'aide-mémoire pour les nouveaux employés qui y découvrent l'histoire du groupe LEGO et l'évolution des produits depuis les jouets en bois jusqu'aux gammes les plus récentes. J'ai profité de l'occasion de découvrir le bureau du fondateur de la marque, Ole Kirk Christiansen, pour m'asseoir à sa place dans son bureau "historique".

Dans le même bâtiment, visite éclair du "Vault", l'endroit où LEGO garde précieusement un exemplaire de (presque) tous les sets sortis. Evidemment, j'ai essayé de jeter un oeil sur les étagères affublées de l'étiquette 2015 pour tenter d'apercevoir quelques sets inédits, mais cette section était fermée pour l'occasion. Dommage.

A l'étage, dans le musée qui présente les premiers jouets en bois de la marque et quelques machines utilisées pour mouler les premières pièces en plastique ABS, rencontre très intéressante avec deux représentants du service juridique de la marque qui venaient parler de la contrefaçon des produits LEGO. Contrairement aux idées reçues, LEGO semble lutter plutôt activement contre les contrefaçons qui inondent actuellement le marché, même si c'est un travail de longue haleine qui mettra du temps à porter ses fruits.

Retour à l'hôtel pour un moment que j'attendais avec impatience, la rencontre avec les designers. Moment vraiment très agréable, après une courte présentation des nouveautés du moment (rien d'inédit), les designers sont disponibles et parlent volontiers de leur travail. Mention spéciale à Olav Krøigaard, concepteur notamment des sets 75059 UCS Sandcrawler, 75095 UCS Tie Fighter ou encore du plus ancien 8038 The Battle of Endor qui a vraiment pris le temps de discuter avec nous de son travail. J'étais comme un gosse devant une star, ça fait du bien.

Tous les designers présents jouent le jeu et répondent, quand ils le peuvent, aux questions des membres du groupe. Vient ensuite le moment de l'animation du jour : Il s'agit pour les membres du groupe de construire un truc en respectant les règles du briefing fourni. Je dois vous avouer que je n'ai pas vraiment donné le meilleur de moi-même sur ce challenge, préférant discuter encore et encore avec les designers présents. Certains membres du groupe se sont pris au jeu et sont restés sur place très tard dans la nuit pour finaliser leur création.

Passage éclair dans l'après-midi du PDG de la marque, Jørgen Vig Knudstorp, qui s'excuse de ne pas pouvoir rester plus longtemps, répond à deux questions de l'assistance et s'éclipse et à qui j'avais prévu de donner une minifig Hoth Bricks. Reparti en coup de vent, il ne l'aura pas, tant pis pour lui ;-).

Le jeudi a été la journée la plus chargée et la plus "chronométrée" : Visite éclair de l'usine "Kornmarken" où sont moulées les pièces, rapide visite du siège de la marque qui n'aura d'ailleurs pas dépassé l'entrée. Nous avons ensuite été rassemblés dans une pièce pour une présentation d'un vague projet de jeu vidéo en cours de développement.

Passage par l'endroit où LEGO gère son "Customer Service", celui qui vous expédie les pièces manquantes ou cassées de vos boites, présentation sur la conception des instructions de montage qui aurait gagné à être plus longue et présentation très "corporate" de la LEGO Fondation avec une mise en avant de ses actions en Afrique du Sud.

Ensuite, visite consacrée au projet LEGO House, le gros complexe que LEGO construit en plein coeur de Billund et qui ouvrira ses portes en 2017. Présentation autour de la maquette que vous voyez dans la première partie du compte-rendu et visite éclair du chantier où il n'y a rien à voir à part deux grues. Moment inutile, je ne vois pas l'intérêt de perdre du temps à admirer quelques cabanes de chantier depuis une plateforme surélevée. Vous pouvez d'ailleurs en apprendre plus sur ce projet sans bouger de chez vous à cette adresse.

Plus tard, visite à la boutique réservée aux employés de la marque où les prix sont largement plus intéressants que dans les boutiques du parc LEGOland (10% plus élevés qu'en France au taux de change actuel). Sans rentrer dans les détails, la boutique réservée aux employés affiche des tarifs vraiment très très (très) compétitifs...

Gros regret, nous n'avons rien vu "en vrai" concernant la fabrication, l'assemblage et l'impression des minifigs... C'est dommage, j'étais aussi venu pour ça...

Le soir-même, dîner très agréable dans l'un des restaurants du parc en compagnie des designers avant une cérémonie de remise de prix récompensant les meilleures créations du challenge mentionné plus haut. Encore une occasion de discuter avec les designers, j'ai apprécié ce moment d'échange informel. Evidemment, je n'ai pas gagné, mais j'ai quand même eu droit à un petit cadeau (un set Elves) que j'ai d'ailleurs donné à la seule petite fille du groupe.

Dans la troisième partie, je vous parlerai du dernier jour, des trucs que je ramène de là-bas et je vous donnerai enfin mon avis sur cette "expérience".

N'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

à suivre...


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Avant toute entrée en matière, je tiens à préciser que ce compte-rendu sur le déroulement du LEGO Inside Tour 2015 n'engage que moi et qu'il ne s'agit que de mon avis sur mon expérience. Chaque participant aura probablement un avis différent sur le sujet et c'est très bien comme ça.

Ceci étant dit, il est important de poser le contexte de ce "pélerinage au pays du LEGO" : Il ne s'agit pas d'une invitation, ceux qui souhaitent participer au LEGO Inside Tour payent leur part et financent de leur poche les frais pour s'y rendre. Et ça change tout. En payant le tarif demandé par LEGO pour avoir le droit de participer à cette "expérience unique qui nous permet de découvrir la société LEGO de l'intérieur", le participant devient un client qui paye pour une prestation. Et lorsque je suis un client, je suis exigeant surtout que pour avoir le droit de participer à cet Inside Tour, j'ai du m'organiser pour être devant mon ordinateur le jour de l'ouverture des inscriptions et recharger hystériquement la page pour accéder au formulaire avant que le Tour soit "Sold Out", ce qui est arrivé en moins de cinq minutes cette année.

Le LEGO Inside Tour en chiffres, ça donne ça : 14500 DKK (Environ 2000 €) à régler pour pouvoir y participer, 1450 points VIP crédités sur votre compte, 4 sessions sont organisées en 2015, 35 personnes par session, environ 250 € de billets d'avion, 2 jours et demi d'activités, de présentation et de visites diverses et variées et 4 accompagnateurs permanents très sympathiques autour du groupe.

Autant vous le dire tout de suite, si vous avez internet vous avez déjà pu découvrir sur Youtube la majeure partie des "secrets de LEGO" qu'on nous promet de nous révéler : Visite de l'usine (à voir en vidéo à cette adresse), visite de la LEGO Idea House (à voir en vidéo à cette adresse), Vidéo sur la naissance de la marque (à voir en vidéo à cette adresse).

Dans le forfait à 2000 €, vous payez pour 3 nuits d'hôtel avec petit déjeuner inclus. Les chambres de l'hôtel LEGOland n'ont rien d'exceptionnel mais elles sont spacieuses et propres, et vous avez une vue directe sur le parc d'attractions attenant (Photo ci-dessous). Si vous réservez en cette saison, ces "Kids House Rooms" sont facturées 1510 DKK (202 €) la nuit.

Du côté des repas, sur l'ensemble du séjour, le dîner du jour d'arrivée et le déjeuner du lendemain ne sont pas inclus. C'est mesquin, mais on fait avec. Concernant la qualité de la nourriture proposée durant le séjour, c'est correct et vous avez le choix (C'est buffet à tous les repas). Concrètement, vous payez pour 4 repas.

Dans le forfait de départ, vous achetez également un Season Pass pour le parc LEGOland d'une valeur de 629 DKK (85 €). Il est valable durant l'année en cours et vous donne même droit à de nombreux avantages en plus de l'accès au parc (voir à cette adresse).

Durant le séjour, vous disposez de quelques heures de liberté durant lesquelles vous pouvez profiter du parc. Ce n'est pas Disneyland, les attractions sont principalement destinées aux très jeunes enfants et l'entretien du Miniland, l'espace rassemblant les maquettes LEGO, laisse à désirer : Les maquettes sont défraîchies, certaines animations sont en panne et les fréquentes intempéries n'arrangent pas les choses.

Dans mon groupe, les profils étaient très différents : Familles avec leurs enfants, adultes venus seuls ou en couple, quelques AFOLs, vendeurs sur Bricklink venus d'Asie ou touristes qui avaient intégré cet Inside Tour dans leur programme de vacances en Europe.

Précision utile, le programme du LEGO Inside Tour est basé sur un emploi du temps très précis qu'il faut respecter à la lettre. Comme dans un voyage touristique organisé, le groupe se déplace en bus, encadré de ses accompagnateurs qui font accélérer la cadence si nécessaire, qui vous confisquent vos téléphones et appareils photo dès que vous entrez dans un lieu "sensible", et qui vous demandent de finir votre déjeuner en vitesse parce qu'une énième présentation vous attend. Comme chez FRAM, sauf qu'ici vous signez un NDA (Non Disclosure Agreement) qui vous interdit de parler de tout ce que vous avez vu ou entendu. Un peu inutile, je n'ai pas vu grand chose qui ne soit pas connu de tous...

En parlant de présentations, vous passez beaucoup de temps assis dans une salle à regarder des vidéos et des slides Powerpoint, à écouter un type du marketing vous parler du succès de LEGO, ou un autre type qui vous raconte tout le bien que LEGO fait en Afrique, etc.... Les rares séances de questions-réponses sont souvent interrompues parce qu'il faut reprendre le bus pour aller ailleurs.

Je reviendrai dans la seconde partie sur les différentes étapes du séjour en expliquant pourquoi elles étaient de mon point de vue intéressantes, ennuyeuses ou superflues. Mais je peux déjà vous confirmer que sur l'ensemble du séjour, le seul vrai moment "unique", c'est la rencontre avec une dizaine de designers qui prennent le temps de discuter avec vous et qui même s'ils ne peuvent évidemment pas répondre à toutes vos questions pour les raisons que vous imaginez, sont suffisamment disponibles pour que l'échange soit intéressant.  Ces designers ne sont pas des AFOLs, ce sont des gens avec des profils professionnels très variés qui travaillent chez LEGO et qui conçoivent des produits pour un grand fabricant de jouets. La nuance est importante.

Le cadre est posé, et l'Inside Tour peut commencer. On nous promet même de pouvoir rencontrer Jørgen Vig Knudstorp, le PDG du groupe...

à suivre...


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Enfin rentré d'un week-end riche en rencontres, en bons moments et aussi en enseignements. Autant vous le dire tout de suite, Fans de Briques 2014 n'est pas le rassemblement LEGO où j'ai vu le plus de créations exposées. Mais finalement, ce n'est pas si important que ça et pour plusieurs raisons.

Bordeaux est une grosse agglomération, accessible et très agréable. Le Hangar 14 est un lieu superbe, sur les bords de la Garonne. La cadre est posé, et il est idéal pour y créer un rassemblement de qualité. Fans de Briques 2014 a soigneusement choisi l'endroit où poser ses valises de briques et les six heures de route nécessaires pour arriver sur place ont été largement compensées par la découverte d'un lieu d'exposition neuf, bien structuré et haut de gamme.

Les stands étaient variés et "l'assortiment" était suffisamment représentatif de ce qu'il est possible de faire avec les produits LEGO. De  nombreux LUGs étaient présents (Brickpirate, FreeLUG, LeLUG, ALE Bricks, TechLUG, etc...), tous réunis avec un objectif commun : partager leur passion du LEGO.

Petite parenthèse, la convention Bionifigs qui se déroulait à l'occasion de la manifestation est d'ailleurs un modèle de discipline, de disponibilité et d'organisation. Les fans de figurines d'action n'avaient rien laissé au hasard : Stand, animations, présentation de nouveautés, etc... Je suis régulièrement épaté par la capacité des membres de ce LUG à proposer quelque chose de parfaitement préparé.

Sans tomber dans l'emphase, je crois que le concept d'exposition LEGO en France vient d'ailleurs de franchir un palier important. Durant tout le week-end, j'ai eu l'impression d'assister à un évènement grand public de qualité autour du produit LEGO.

L'organisation est sans faille. Chacun sait ce qu'il a à faire, et le fait bien. les bénévoles discrets et disponibles sont au petit soin, Christophe Cassuti et Marine en tête, pour que les exposants, les vendeurs, les artistes et les visiteurs puissent se consacrer à leurs activités sans subir ni stress, ni contrainte. On a dû me demander une cinquantaine de fois si tout allait bien ou si j'avais besoin de quelque chose.

Durant le week-end ce sont plus de 20.000 visiteurs qui se sont retrouvés dans les allées du superbe hangar 14 dans une ambiance cordiale et festive. Le public était familial et les AFOLs présents avaient le sourire. On circulait plutôt bien dans les allées, et les animations qui se succédaient étaient annoncées et gérées de main de maître par Victor.

Emmet et Cool-Tag étaient là pour que les enfants repartent avec une photo souvenir, Aurore Kimberley chantait du LEGO Friends sur la scène avec une troupe de danseuses qui connaissaient leur boulot, les exposants présentaient leur stand au micro et détaillaient en quelques mots ce qu'ils avaient amenés dans leurs cartons, l'interactivité était omniprésente avec la construction d'une mosaïque géante et un espace pour que les plus petits puissent assouvir leurs envies de briques, Samsofy et Lenz ont apporté une touche artistique à l'ensemble...

Le constat s'impose de lui-même : C'est pro, rien n'est laissé au hasard, la mécanique est parfaitement huilée et tout le monde passe un très bon moment. Un petit clin d'oeil aux jeunes hôtesses présentes aux quatre coins de la salle et qui ont gardé le sourire à chaque question d'un visiteur à la recherche de l'urne pour le concours ou de l'espace restauration.

L'affiche faisait une promesse ambitieuse et elle est largement tenue. Fans de Briques 2014 est une exposition autour du produit LEGO qui au delà des créations à base de briques décline intelligemment tout ce que l'univers LEGO a à proposer. L'ensemble est cohérent, haut de gamme et tous les retours que j'ai eu de la part d'exposants ou de visiteurs me laissent penser que le concept correspond aux attentes des uns et des autres.

En ce qui me concerne, j'ai passé un excellent week-end. J'ai rencontré de nombreux lecteurs du blog que je remercie au passage pour leur gentillesse et avec lesquels j'ai pu échanger quelques mots, Antoine "Briquefan" était dans le coin, égal à lui-même,  et j'ai enfin pu parler de vive voix avec celui qui à mes yeux à réveillé le petit monde du LEGO francophone sur Youtube. C'est également toujours un plaisir de revoir régulièrement les AFOLs et artistes qui se déplacent avec courage et motivation et au gré des rassemblements (Milkbrick, Gwenju, Gus, Samsofy, et j'en oublie...). merci à eux pour leur disponibilité et leur bonne humeur.

Le LEGO francophone a t'il trouvé le rassemblement grand public porte-étendard d'un petit monde qui veut partager sa passion avec tous ceux, consommateurs, collectionneurs, artistes, parents et enfants, qui sont attirés par le produit LEGO ? Je pense que oui et c'est une très bonne nouvelle.


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Vous allez me dire qu'encore une fois je vois le mal partout, et vous aurez sans doute raison. Mais essayons de voir au-delà de l'annonce des chiffres du premier semestre 2014 publiés par LEGO qui placent le fabricant juste devant son concurrent principal Mattel (2.11 milliards de dollars pour LEGO contre 2.01 milliards pour Mattel).

Il faut tout d'abord pondérer ces chiffres en rappelant que l'année n'est pas finie et que la saisonnalité du monde du jouet s'appuie sur une période clé pour les fabricants ramassée sur quelques semaines : Les fêtes de fin d'année.

LEGO a su créer sa propre opportunité commerciale et déjouer une saisonnalité risquée grâce à la sortie du film The LEGO Movie accompagné d'une gamme complète de produits dérivés. C'est sans doute l'une des clés de l'excellente progression enregistrée par LEGO en 2014 (11% par rapport au premier semestre 2013).

De son côté, Mattel a vus ses ventes chuter de 7%. Barbie se fait vieille et ne suffit probablement plus pour détourner les petites filles des tablettes et autres jouets numériques qui grignotent lentement mais sûrement le chiffre d'affaires des fabricants de jouets. Sans parler de l'entrée réussie de LEGO sur le marché de "la petite fille qui aime les poupées et les boites roses" avec la gamme Friends.

LEGO est donc jusqu'à nouvel ordre leader mondial du marché du jouet. Youpi. C'est son tour d'occuper la première marche du podium et de faire un peu d'auto-satisfaction. Mais alors où est le risque ? Souvent, les challengers innovent et investissent pour essayer de reprendre du terrain aux leaders qui ont eux un peu tendance à profiter de leur statut et de la possibilité d'enfin rentabiliser les lourds investissements qui leur ont permis d'arriver au sommet.

Mattel n'innove plus, et les chiffres parlent. On attend toujours de voir ce que va faire le fabricant de sa dernière acquisition, le fabricant de jouets de construction concurrent de LEGO, MEGA Brands.

LEGO a fait preuve d'audace en misant sur de nouvelles licences, en investissant dans de nouveaux sites de production et en attaquant de nouveaux marchés comme l'Asie : La progression est significative.

Pour nous, consommateurs lambdas fans inconditionnels de la marque, que LEGO soit numéro 1 ou 2 du marché mondial du jouet ne change pas grand-chose. La bonne santé financière du fabricant devrait logiquement lui permettre d'investir et d'innover afin de nous proposer des produits toujours plus attrayants. Mais les prix n'ont aucune raison de baisser et LEGO peut aussi faire une "pause" et profiter de ses marges pharaoniques en se contentant de recycler de vieilles idées maison très rentables (Bionicle, Arctic, Castle, Pirates, gamme City qui tourne en boucle...).

L'avenir nous dira si la position de leader du marché mondial du jouet occupée pour le moment par LEGO a des effets bénéfiques sur la variété et la qualité des produits ou leur prix. Pour le reste, il n'y pas de quoi sauter au plafond pour un fabricant qui affiche une progression de 14% de son bénéfice net et qui continue à nous proposer des stickers incollables ou des produits résolument présentés comme haut de gamme mais dont la finition n'est pas toujours à la hauteur.


LEGO Shop@Home

LEGO Ideas

J'ai pris le temps de faire le tour du site LEGO ideas, qui reprend donc le concept mis en place via Cuusoo (voir cet article).

Au delà du remodelage cosmétique que l'on appréciera ou pas, les vrais changements sont ailleurs avec par exemple la disparition de la page d'accueil reprenant les projets les plus soutenus et l'impossibilité pour un porteur de projet de l'éditer au fil du temps pour le faire évoluer ou le compléter. Il faudra désormais passer par des updates qui sont affichées dans un autre onglet.

La possibilité de déposer un projet a été ouverte aux jeunes âgés d'au moins 13 ans, ce qui nous garantit une invasion d'initiatives plus ou moins abouties mais qui permet surtout à LEGO de faire interagir une clientèle qui a sans doute des aspirations différentes de celles des AFOLs.

Lorsque l'on va dans le menu Discover et que l'on trie les résultats par Most Supported, on obtient une pleine page de projets ayant atteint les 10.000 supporters, et il faut faire défiler cette page pour enfin atteindre les projets qui sont en passe d'atteindre l'objectif fixé par le concept.

Il aurait suffi de rajouter une option de tri Achieved pour séparer les projets en cours de review de ceux qui ont besoin de toute la visibilité disponible pour atteindre les 10.000 soutiens...

L'équipe en charge de la gestion du concept reprend par ailleurs le contrôle en intégrant dès la page d'accueil les "Staff Picks", des projets choisis pour être mis en avant, et LEGO Ideas cède à la mode de l'incitation à l'action "sociale" rétribuée par des badges et autres points, le tout emballé sous l'appelation "Clutch Power". Plus vous interagissez avec le site, plus votre Clutch Power augmente.

La rubrique Popular this Week regroupe, comme son nom l'indique les projets les plus populaires en basant cette popularité sur le nombre de nouveaux supporters engrangés.

Une rubrique inutile intitulée Products for Sale a été ajoutée en bas de page, elle renvoie tout le monde sur le Shop@Home US sans se soucier de la localisation du visiteur et fait la promo de sets en rupture de stock...

J'avais pour habitude de faire un tour régulièrement sur Cuusoo, mais ma visite ne dépassait que rarement la page d'accueil du site qui synthétisait toutes les tendances du moment. Je pense que je ne prendrai même plus la peine d'aller sur LEGO ideas.

N'hésitez surtout pas à donner votre avis sur le nouvel habillage et les nouvelles règles de cette plateforme dans les commentaires.


Comparez avant d'acheter vos LEGO

Le titre est volontairement provocateur et ne reflète pas forcément la réalité des choses, je sais... Mais plus le temps passe et moins mon entourage direct, à savoir mes enfants, leurs copains et quelques amis qui connaissent mon engouement pour les briques et les minifigs, ne semblent porter d'intérêt à la gamme LEGO Star Wars, la trouvant un peu dépassée sans être pour autant "vintage" au sens noble du terme.

Il faut dire qu'ils sont tous de plus en plus sollicités par LEGO à travers de nombreuses autres licences ou d'autre thématiques. De son côté, l'univers LEGO Star Wars souffre sans doute un peu du manque d'actualité cinématographique actuellement même si LEGO fait des efforts pour maintenir une certaine dynamique en produisant son propre contenu avec ses mini-séries comme The Yoda Chronicles ou les épisodes spéciaux comme The Padawan Menace et The Empire Strikes Out... La série animée The Clone Wars a également contribué à maintenir la franchise à flots ces dernières années.

Tous ceux avec qui j'aborde le sujet ont une impression (légitime ?) de déjà-vu en découvrant les quelques nouveautés de la gamme et l'univers des super héros leur semble bien plus dynamique que les sempiternelles minifigs de Luke, de c-3PO ou de R2-D2. Mon fils le plus âgé, 10 ans et demi, a manifesté un intérêt temporaire pour The Clone Wars, mais il a très vite recentré son attention autour des super héros qui font l'actu grâce aux nombreux films et aux séries animées très réussies (Young Justice, Batman Beyond, Avengers Earth Mightiest Heroes, Avengers Assemble, Ultimate Spider-Man, etc...) qui rythment ses jeunes années.

La série animée Star Wars Rebels réveillera t'elle ces fans potentiels dont l'attention est détournée par d'autres univers mais qui n'attendent que l'occasion de replonger dans un monde peuplé de personnages charismatiques et d'aventures épiques ? Je n'en suis pas si sûr.

LEGO va évidemment profiter de cette série, qui prend le relais de The Clone Wars auprès du jeune public et qui assurera une certaine visibilité médiatique à la franchise jusqu'à la sortie de l'Episode VII, en déclinant tout ce qui peut l'être comme c'est le cas avec les deux boites déjà confirmées pour cet été (75048 Phantom et 75053 The Ghost).

Mais à part les personnages principaux et quelques vaisseaux récurrents (Dave Filoni a confirmé que la série serait centrée autour des personnages principaux et de leurs aventures), il n'y aura sans doute pas de quoi remplir des dizaines de boites autour de la série.

LEGO meublera avec quelques remakes qui permettront aux fans de la première heure de compléter leur inventaire d'engins et de vaisseaux issus de la saga cinématographique. Mais le B-Wing, l'AT-AT ou l'Imperial Star Destroyer sont loin d'être au coeur de la tendance du moment chez les jeunes fans de LEGO que je connais... Et je ne parle même pas des Microfighters que mon fils trouve vraiment ridicules...

En ce qui me concerne, je ne conçois pas ma passion du LEGO sans Star Wars, et je continuerai de dépenser sans (trop) compter pour acquérir ces multiples réinterprétations de scènes ou d'engins devenus incontournables à mes yeux.

Mes enfants, eux, veulent autre chose. Ils veulent de vrais héros qui sauvent leur monde et de vrais méchants qui essaient de les en empêcher : Du Captain America qui fait de la moto et qui jette son bouclier pour casser des trucs, du Thor qui jette son marteau pour casser des trucs, du Hulk qui casse lui aussi des trucs, du Joker qui écrase le pauvre Robin avec son tracteur, du Spider-Man en pilote d'hélico (Parce qu'un hélico, c'est quand même cool), du Batman qui roule, vole, flotte, etc...  Même Emmet et Wyldstyle (aka Cool-Tag chez nous), les deux héros de The LEGO Movie, trouvent grâce à leurs yeux. En tout cas plus qu'Anakin Skywalker,  que la pauvre Ahsoka ou qu'un énième Clone Trooper bariolé qui meurt de toute façon à la fin...

Cette question de la relative obsolescence de la franchise Star Wars sera certainement résolue dès 2015 avec la sortie de l'Episode VII.

En attendant, je me demande ce qui se passe chez vous, dans votre entourage, parmi vos amis. Comment est perçue la gamme LEGO Star Wars ? Comme une gamme de jouets intemporelle et attractive ou une série de produits dérivés qui tourne un peu en rond ? J'attends vos commentaires à ce sujet, sachant que ce qui est intéressant, c'est surtout la perception de la gamme par ceux qui vous entourent et qui connaissent votre passion pour cet univers.

Pour le reste, je sais déjà que si vous êtes là, c'est que vous aimez Star Wars et les LEGO...

*Précision linguistique : Has-been = dépassée, démodée.


Comparez avant d'acheter vos LEGO

75059 Sandcrawler : Luke Skywalker

En revisionnant les visuels officiels du set 75059 Sandcrawler, je me suis dis qu'il serait judicieux de reparler ici de l'évolution significative du design des minifigs de Luke Skywalker et d'Owen Lars et d'avoir votre opinion sur le sujet.

LEGO a essayé de proposer des visages plus proches de ceux de Mark Hamill et de Phil Brown, avec un résultat qui n'est manifestement pas du goût de tout le monde au sein de la communauté des fans de la gamme. Concernant Uncle Owen, la minifig me semble correcte si on oublie le côté un peu trop cartoon à mon goût des yeux de la minifig.

Avec Luke, ça se corse. LEGO a tenté de dessiner les traits du visage de l'acteur en rajoutant quelques lignes ça et là, mais à part le menton qui est symbolisé à peu près correctement, je trouve que le fabricant a eu la main un peu lourde sur les lignes qui viennent polluer le rendu du visage. La minifig de 2011 présente dans le set 7965 Millennium Falcon me semble être une version plus appropriée du personnage.

On sent bien la volonté de se rapprocher de ce qui se fait chez d'autres fabricants de figurines, avec des personnages plus réalistes aux traits vraiment détaillés tout en conservant l'esprit LEGO, mais le lifting imposé à Luke ne me semble pas très convaincant.

Par contre, le lifting appliqué aux droïdes comme C-3PO me semble opportun. Ce personnage mérite vraiment une version qui fait la part belle à chaque détail du costume porté par Anthony Daniels, notamment sur les jambes.

Qu'en pensez-vous ? C'était mieux avant ? Cette évolution est-elle logique et pertinente ? J'attends vos avis dans les commentaires.

75059 Sandcrawler : Owen Lars

Will | 08/03/2014 - 10:54 | A mon avis..., News

Comparez avant d'acheter vos LEGO

Everything is awesome (on Tatooine) !

15h30, bureau du directeur des éditions Dorling Kindersley.

- Messieurs, quelle minifig exclusive allons-nous mettre dans la nouvelle version du LEGO Star Wars Visual Dictionary ?
- Essayons de trouver un personnage qui donne envie aux collectionneurs et aux gamins d'acheter notre bouquin ! Lando Calrissian ? Un Clone Trooper rose ? Un Boba Fett ?
- Non, c'est trop typé "Star Wars" tout ça, et si on surfait sur le succès de The LEGO Movie ?
- Comment faire du Star Wars avec The LEGO Movie ? C'est quand même le grand écart...
- Le film a popularisé Emmet et remis en avant les têtes jaunes de notre enfance ! Tout le monde adore Emmet !
- Et une version d'Emmet avec une tenue Tatooine ? Impeccable le cross-over ! Les collectionneurs de produits Star Wars n'y verront que du feu, on leur dira que c'est un Luke Skywalker vintage, et les gamins feront immédiatement le rapprochement avec Emmet en voyant le bouquin dans les rayons !
- Ah ouais, géniale ton idée, après tout, Emmet ou Luke, on s'en fout, l'essentiel c'est qu'on vende des bouquins ! J'appelle LEGO pour leur faire part du résultat de notre séance de brainstorming, ils vont adorer l'idée : Retour aux sources, marketing cross-licences, etc... C'est génial ! 

(En hommage à louisca et à ses "Chef, chef,...")


LEGO Shop@Home

The LEGO Movie

Je suis allé voir The LEGO Movie avec mon fils de 10 ans, histoire de partager un bon moment avec lui et accessoirement de vérifier que le film est aussi "awesome" qu'on nous le claironne sur tous les sites et blogs de la LEGOsphère depuis plusieurs mois.

Je voulais également observer ses réactions face à un humour qu'on nous promet omniprésent et aux références que seuls les fans de LEGO sont supposés comprendre... Il a déjà sa petite culture LEGO et il est donc capable de saisir certains sous-entendus.

Autant vous le dire tout de suite, je suis beaucoup moins enthousiaste à l'arrivée que tous les fans, majoritairement anglophones, dont j'ai pu lire les compte-rendus jusqu'ici... La passion du LEGO rend vraiment indulgents ces fans inconditionnels qui crient au chef d'oeuvre en parlant de The LEGO Movie.

La salle était pleine de parents accompagnant leur progéniture généralement âgée d'environ 6 ou 7 ans. Et même si le film est évidemment abordable par le jeune public, je pense que la plupart des subtilités des dialogues et du scenario échapperont aux plus jeunes, d'où une ambiance plutôt calme dans la salle durant la projection, ponctuée de temps à autre d'un ricanement d'adulte sur une "vanne" un peu facile.

Mon fils a aimé le film. Il y a trouvé ce qu'il attend d'un bon dessin animé à base de LEGO : De l'action, un peu d'humour, des minifigs, des super héros, et du LEGO. Seule déception à son niveau, la fin du film, inutile et ennuyeuse. Il n'a évidemment pas compris certains sous-entendus de cette partie du film, n'étant pas concerné par le "problème" dont il est question. Il ne s'est cependant pas tordu de rire durant la projection, il n'y a pas de quoi.

Le film est techniquement irréprochable, et si la 3D n'amène pas grand chose à l'ensemble, on prend forcément du plaisir à voir ces minifigs s'animer et évoluer dans un environnement entièrement à base de briques. C'est fluide, coloré, c'est filmé à la manière d'un vrai film d'action et il n'y a quasiment pas de temps morts.

Le problème, s'il y en a un, se situe à mon avis plutôt au niveau du scenario du film : Il y a un moment où The LEGO Movie passe subitement du stade de divertissement de qualité à celui de publicité géante largement moralisatrice et même un peu moqueuse. C'est dommage, c'était plutôt bien parti et le film aurait pu finir comme il avait commencé.

Les AFOLs en prennent indirectement pour leur grade, et là où certains verront un hommage aux fans adultes de la marque, j'y vois un second degré trop grossier pour m'arracher un sourire, même si je sais d'avance que beaucoup d'entre vous ne seront pas d'accord avec moi sur ce point. 

Pour ce qui est du placement de produit, The LEGO Movie est un film dérivé d'une gamme LEGO (dont les sets étaient dans les rayons bien avant la sortie du film) dont il assure également la promotion. Rien de choquant. Plus subtil, durant tout le film, LEGO distille, presque comme des images subliminales, des vues de ses gammes "historiques" qui ne manqueront pas de réveiller la fibre nostalgique des adultes.

Je rajoute que les voix françaises des deux héros sont médiocres, avec Tal (Cool Tag / Wyldstyle) qui lit son texte sans grande conviction et Arnaud Ducret (Emmet) qui s'en sort à peu près parce qu'il en fait des tonnes. Batman et Vitruvius sont en revanche excellents. 

Au final, il faut aller voir The LEGO Movie, et en famille si possible. C'est un excellent divertissement, au scenario malgré tout très prévisible et convenu, qui plaira aux plus jeunes par ses couleurs chatoyantes, ses personnages délirants et ses nombreuses scènes d'action mais aussi aux fans de LEGO adultes qui remarqueront que LEGO a pensé à eux et à leurs histoires de jeunesse avec la marque.

Ce n'est que mon avis et il n'engage que moi. Allez voir le film et n'hésitez pas à venir en discuter ici, c'est fait pour ça.