LEGO Minifigure A Visual History New Edition

Je viens de recevoir mon exemplaire de l'ouvrage intitulé LEGO Minifigure A Visual History New Edition accompagné de l'astronaute Classic Space en orange, une minifig présentée comme exclusive.
Cette nouvelle version orange de l'un des personnages les plus emblématiques de l'univers LEGO vient compléter l'inventaire des variantes déjà disponibles dans d'autres coloris via le set The LEGO Movie 2 70841 Benny’s Space Squad (bleue, jaune, rose et blanc) et le set LEGO Ideas 21109 Exo-Suit (vert).

On notera que la version finale de la minifig est bien équipée d'un casque et d'un accessoire dorsal à la surface totalement lisse contrairement à ce que laissaient imaginer le visuel officiel du personnage et la couverture de l'ouvrage.

Mais cette variante orange n'est a priori pas aussi exclusive que prévu et on en trouve déjà plusieurs exemplaires en vente à l'unité sur Bricklink et sur eBay.  Ceux qui hésitent actuellement à dépenser une trentaine d'euros pour s'offrir ce livre et la minifig qui va avec doivent savoir que les différentes pièces qui constituent le personnage étaient proposées aux différents LUGs (LEGO User Groups) membres du LAN (LEGO Ambassador Network) via l'opération annuelle d'achat de pièces en volumes.

LEGO Minifigure A Visual History New Edition

Chaque LUG participant à cette opération s'est vu soumettre une liste de pièces disponibles à l'achat à des tarifs préférentiels et certains ont choisi de sélectionner les différents éléments exclusifs jusqu'ici qui permettent d'assembler le personnage. Ce n'est pas un secret, certains lots de pièces achetés via ce service réservé aux membres du LAN finissent en vente sur le marché secondaire, même si les conditions de participation à cette offre n'autorisent pas la revente de ces éléments achetés en volume. L'offre sur le marché secondaire risque donc de s'étoffer dans les semaines à venir, ce qui ne manquera pas d'entraîner une baisse des prix.

C'est donc à chacun de juger s'il convient d'attendre un peu pour s'offrir à moindres frais un exemplaire de cette minifig à l'exclusivité toute relative ou si le contenu de cet ouvrage de 250 pages qui permet de l'obtenir justifie de débourser le tarif pratiqué par les différentes enseignes. La meilleure offre est celle d'Amazon UK qui propose l'ouvrage à £22.93 (25.30 €). Chez Amazon France, il faut débourser actuellement 30.14 € et chez Book Depository (qui appartient à Amazon) le prix affiché est de 29.90 €.

Je ne reviens pas ici sur le contenu du livre lui-même, je vous en ai déjà parlé il y a quelques mois. En résumé, ce n'est pas une encyclopédie exhaustive, il s'agit plutôt d'une sélection des meilleures minifigs qui ont marqué l'histoire de la figurine en plastique LEGO depuis 1978, le tout saupoudré d'anecdotes (en anglais).

LEGO Minifigure A Visual History New Edition


On fait aujourd'hui rapidement le tour du set LEGO DC Comics 76161 1989 Batwing (2363 pièces - 199.99 €), une grosse boite qui rejoindra dès le 21 octobre prochain la Batmobile du set 76139 1989 Batmobile (3306 pièces - 249.99 €) dans la collection des produits qui rendent hommage au film de 1989 réalisé par Tim Burton.

Le Batwing est l'un des nombreux marronniers de la gamme LEGO DC Comics et le fabricant nous a déjà gratifié de plusieurs interprétations plus ou moins réussies et détaillées de l'engin. C'est pourtant la première fois que nous avons droit à un modèle aussi complexe et imposant du Batwing et même si cette nouvelle version est plus ou moins inspirée du film de 1989, je pense qu'elle est suffisamment représentative de l'idée qu'on se fait d'un Batwing pour qu'elle plaise à l'ensemble des fans de l'univers du justicier de Gotham City.

Le designer a d'ailleurs pris quelques libertés au niveau des proportions de l'engin qui est beaucoup plus ramassé dans le film. L'objectif avoué était ici de coller à l'échelle de la Batmobile du set 76139 1989 Batmobile ce qui nous donne un cockpit beaucoup plus long que sur la version utilisée à l'écran. On ne s'en plaindra pas, le Batwing du film a à un côté vraiment Chibi dont on se passera volontiers.

 Autant le signaler tout de suite, j'ai pris un peu moins de plaisir à assembler ce Batwing que lors du montage de la Batmobile. Ici, on empile des plaques qui viennent recouvrir l'imposante structure interne basée sur des frames Technic, on construit quelques sous-ensembles en SNOT (Studs Not On Top) pour les excroissances dont la forme n'est pas définie par le châssis central, on reproduit des éléments à l'identique avec un effet miroir indispensable pour obtenir les ailes et il n'y a guère que le poste de pilotage et les différents éléments de décoration qui offrent un peu de variété. Mais la fin justifie les moyens et le résultat final est assez impressionnant avec un engin d'une envergure respectable : 58 cm de large, 52 cm de long.

On retiendra que l'intérieur de ce Batwing est raccord avec celui de la Batmobile du set 76139 1989 Batmobile, on y retrouve un assortiment de pièces dans les mêmes coloris jusque dans la présence de la frame Technic en Dark Azure qui indique la position du trou dans lequel vient s'insérer le support de présentation. Joli clin d'œil.

Le support fourni permet d'exposer le Batwing sous deux angles différents : l'engin peut au choix pointer son nez vers le haut ou le bas selon la hauteur de l'étagère sur laquelle vous l'installerez, pour profiter au mieux de la construction dans toutes les configurations. C'est bien vu, cette "modularité" permet de varier les mises en scène et ne limite pas les possibilités d'exposition.

Lors de l'annonce officielle du produit, LEGO indiquait que ce Batwing peut être accroché à un mur via la fixation intégrée, et comme on pouvait s'en douter le fabricant réutilise ici la nouvelle pièce déjà fournie avec les cadres de la gamme LEGO Art. Il faudra cependant faire très attention si vous souhaitez plaquer le Batwing contre le mur du salon, l'engin pèse près de 2.5 kg.

Un simple clou ne suffira sans doute pas et il est important de noter que la fixation n'est pas placée au ras de la surface inférieure de la construction. Il faudra donc prévoir une cheville et une vis assez longue pour atteindre le support, ou au préalable retirer les éléments décoratifs placés sous le Batwing pour rapprocher la fixation du mur.

On s'en doutait dès l'annonce officielle du produit, le bord d'attaque des ailes bénéficie d'une finition un peu approximative.  Ces deux sous-ensembles ne sont d'ailleurs fixés sur la structure principale que via quelques tenons au centre, un clip à l'arrière, un emboitement un peu hasardeux à l'avant et...deux élastiques. La courbe n'est pas parfaite, il reste quelques encoches tout le long du bord d'aile et je trouve tout ça finalement un peu brouillon.

Le designer a bien glissé deux éléments jaunes tampographiés du logo habituel dans chacun des sous-assemblages, mais ce détail qui disparait lorsque les bords d'ailes sont installés ne suffit pas à me convaincre. À titre personnel, j'ai toujours un peu de mal avec les modèles haut de gamme qui font appel à de simples élastiques pour un détail de finition ou une fonctionnalité précise, sachant que LEGO ne fournit même pas d'exemplaires de remplacement.

Le ratio tenons apparents / surfaces lisses me semble bien étudié sur l'ensemble du modèle et je pense que les ailes y gagnent vraiment en relief. Une surface totalement lisse n'aurait de toute façon fait qu'amplifier l'apparition des défauts habituels de ce type de construction quasi-monochrome comme les rayures, les points d'injection, les traces de doigts ou la poussière.

Les deux mitrailleuses Gatling placés sur les flancs du poste de pilotage sont grises et ne sont pas escamotables comme sur l'engin du film. Je les aurais préférées en noir, mais je comprends volontiers ceux qui considèreront que ce coloris amène un peu de contraste à la surface du modèle.

Tout n'est pas parfait dans cette boite, à commencer par un problème récurrent chez LEGO qui prend ici une toute autre dimension : le nombre de pièces noires rayées est beaucoup trop important pour ne pas le signaler, surtout dans un produit qui est estampillé 18+ et qui est vendu 200 €. Durant toute la phase logistique, les pièces se promènent dans des sachets à moitié vides eux-mêmes rangés dans une boite trop grande et au final la déception est de mise. Je ne parle pas des points d'injection visibles sur certaines pièces mais bien de rayures causées par le frottement des éléments entre eux dans les différents sachets.

La verrière du poste de pilotage n'échappe pas au carnage avec de grosses rayures sur certains éléments. Elle est composée de pièces fumées emballées dans un sachet souple encore plus fin que les autres sacs du set qui se promène librement dans l'emballage. Vu de loin, ce Batwing a vraiment fière allure, mais en s'approchant on remarque immédiatement ces nombreuses griffures présentes sur les pièces. Si, comme moi, ces rayures vous posent problème, n'hésitez pas à inventorier les pièces concernées et à demander leur remplacement au service client. Si personne ne dit jamais rien, LEGO n'a pas de raison de réagir.

LEGO DC Comics 76161 1989 Batwing

Ce n'est pas parce que ce produit est estampillé 18 + que LEGO se prive de nous imposer les habituels stickers avec quatre très petits autocollants qui viennent décorer le poste de pilotage. Les habitués de la gamme Speed Champions savent que ces minuscules stickers sont agaçants et pourront mettre ici en œuvre tout leur savoir-faire. On retrouve bien le joker sur l'écran principal du poste de pilotage et les ballons sur l'un des écrans latéraux, mais le modèle n'intègre pas la pince utilisée par Batman pour couper le câble et éloigner les ballons remplis de gaz Smylex.

S'il y en a certains qui se posent encore la question, ce Batwing n'est évidemment pas à l'échelle minifig. Mais ce n'est de toute façon pas un jouet pour enfant et cette maquette n'a pour vocation que d'être exposée.  Les trois minifigs fournies sont présentées sur une corniche de toit identique à celle du set 76139 1989 Batmobile, à vous d'en faire une seule avec les deux exemplaires en supprimant au passage un emplacement puisque la figurine de Batman est identique dans les deux sets.

Le procédé est un peu paresseux, LEGO aurait pu faire l'effort de nous proposer une variante de la bat-suit portée par Michael Keaton avec par exemple un effet de drapé différent pour la cape.

Les deux autres minifigs fournies sont inédites et exclusives. Celle du Joker dans sa tenue de mime est un peu décevante "en vrai" et les visuels officiels sont une fois de plus un peu trop optimistes. Le blanc tampographié sur le torse du personnage n'est pas raccord avec la teinte de la tête et des jambes et le noir tampographié sur les jambes n'est pas aussi profond que celui du torse.

Ce patchwork de teintes n'est pas du meilleur goût, pas plus que le bout de tissu utilisé pour donner l'impression que la veste du personnage se prolonge le long des jambes. Si Batman profite d'une cape moulée, le Joker aurait pu lui aussi avoir droit à une pièce plus consistante.

LEGO DC Comics 76161 1989 Batwing

LEGO DC Comics 76161 1989 Batwing

La minifig de Lawrence, l'homme de main du Joker qu'on voit danser avec avec sa boombox sur l'épaule aux côtés de Nicholson dans la scène du musée, est en revanche très réussie avec un torse et un visage vraiment fidèles à la version vue à l'écran. LEGO aurait pu se fendre d'une version noire du ghetto-blaster pour mieux coller à la scène du film, la réutilisation de l'élément générique déjà vu dans plusieurs sets est ici aussi un peu paresseuse.

Pour conclure et en précisant au passage que je suis un grand fan du film de 1989, je pense que ce Batwing a tout pour plaire, pour autant qu'on échappe aux inévitables multiples rayures qui gâchent un peu le rendu final. Il faudra insister auprès de LEGO pour obtenir des pièces sans trop de défauts mais je pense que le jeu en vaudra la chandelle.

La phase d'assemblage n'est pas aussi divertissante que celle de la Batmobile mais c'est aussi le sujet qui impose des techniques parfois peu inspirées ou répétitives. Comme je le disais au début de cet article, la fin justifie les moyens et ce modèle me paraît très réussi même s'il prend quelques libertés avec l'engin de référence pour pouvoir être parfaitement assorti à la Batmobile. Je serai donc de ceux qui dépenseront sans hésiter 200 € chez LEGO dès le 21 octobre prochain.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Date limite fixée au 20 octobre 2020 prochain à 23h59.


76166 Avengers Tower Battle

On termine le cycle de test des nouveautés de la gamme LEGO Marvel commercialisées en 2020 avec le set 76166 Avengers Tower Battle, une boite de 685 pièces vendue 94.99 € qui nous permet d'assembler la tour des Avengers et d'obtenir au passage une grosse poignée de minifigs.

La tour livrée ici est bien évidemment plus ambitieuse que celle du set 4+ 76152 Avengers : Wrath of Loki (223 pièces - 69.99 €) qui nous propose un interprétation plus minimaliste des lieux destinée aux très jeunes fans. Ceux qui collectionnent les sets de la gamme LEGO Marvel ont également une première version de la tour sur leurs étagères ou dans leurs cartons : celle du set 76038 Attack on Avengers Tower (515 pièces - 75.99 €) commercialisée en 2015. La version 2020 est ici aussi plus ambitieuse avec un étage supplémentaire.

Pas de grosse surprise durant la phase d'assemblage du quartier général des Avengers, c'est comme pour les commissariats de la gamme LEGO CITY : on empile les étages qui sont tous plus ou moins basés sur le même principe avec leurs grandes baies vitrées et les quelques meubles qui y prennent place en fonction de l'utilisation des lieux. Pas d'escalier ni d'ascenseur qui permettent de naviguer entre les différents étages, mais les jeunes fans qui voudront s'amuser avec cette construction auront la possibilité de l'ouvrir pour obtenir un playset assez imposant aux espaces internes facilement accessibles.

La jouabilité ne repose d'ailleurs pas uniquement sur le story-telling dans cette boite et le designer a prévu quelques éléments mobiles qui viendront agrémenter les affrontements entre les différents protagonistes.

76166 Avengers Tower Battle

76166 Avengers Tower Battle

La verrière du rez-de-chaussée s'ouvre sur un garage qui permet à Black Widow de ranger son engin ou de le sortir, celle du premier étage s'ouvre pour laisser les armures Blazer et Tazer sortir du bâtiment et prendre part au combat. La cellule du troisième étage dispose de deux vitres éjectables via un levier pour jouer une évasion et le balcon du quatrième bascule en tirant sur le mécanisme intégré pour simuler la destruction d'une partie de la tour.

En bonus, il est même possible de faire "exploser" l'ARC Reactor qui se trouve au rez-de-chaussée en poussant sur l'excroissance visible au pied de la tour afin d'éjecter le module de son support. L'ensemble de ces possibilités ludiques est à mon avis intéressant, ce n'est pas si souvent que les designers font l'effort de proposer autre chose que des portes qui s'ouvrent ou des fonctionnalités trop anecdotiques pour  mériter d'être vraiment considérées comme telles.

Le logo des Avengers en Dark Azure plaqué sur la structure est plutôt bien réalisé et donne un peu d'allure à l'ensemble en nous faisant presque oublier que cette construction à la finition sommaire vendue au prix fort n'est pas un produit de la gamme CITY.

Les différentes pièces du bâtiment sont plus ou moins meublées et on notera au premier étage la présence du Gant de l'infini, sur lequel on trouve la pierre de l'Espace, placé juste derrière le ratelier d'armes. La pierre du Pouvoir est de son côté installée dans le labo du deuxième étage qui reproduit en fait la scène, vue dans le film Guardians of the Galaxy, qui se déroule chez Le Collectionneur.

Toujours au deuxième étage, on trouve une cellule de laquelle pourra s'échapper Red Skull et la salle de repos du troisième fait face à un écran dont l'affichage est interchangeable. Les Avengers peuvent au choix regarder les infos ou jouer à un jeu vidéo qui met en scène l'affrontement entre Captain America et Red Skull, la manette de jeu est fournie.

Le bâtiment fait un usage intensif de pièces transparentes et il faudra faire attention aux rayures qui ne manquent pas d'apparaître lorsque ces pièces se promènent dans les sachets. Si certains de ces éléments sont vraiment trop rayés à votre goût, n'hésitez pas à contacter le service client pour en obtenir le remplacement.

Il y a peu de stickers dans cette boite avec notamment quelques écrans de contrôle sur fond transparent, un double affichage pour le téléviseur du troisième étage et un habillage pour la moto volante de Black Widow.

Le seul engin du set est la moto volante de Black Widow. Pourquoi pas. L'engin est raccord avec les motos habituellement utilisées par le personnage dans d'autres boites et sa transformation en engin volant offre une bonne dose de jouabilité autour du bâtiment sans que Black Widow soit cantonnée à faire des roues arrières sur le parvis pendant que les autres s'affrontent dans les étages.

LEGO fournit dans cette boite les deux habituels petits sachets d'éléments décoratifs et d'accessoires en Flat Silver qui ne sont pas toujours utilisés en totalité ou à bon escient selon les sets. Ici, le designer a fait l'effort d'utiliser intelligemment un maximum de ces pièces sur les armes, pour les projectiles et sur la moto.

La dotation en minifigs est très correcte avec Iron Man, Black Widow, les armures Blazer (Mark 22 - Hot Rod) et Tazer (Mark 30 - Blue Steel), Red Skull et les incontournables agents de l'A.I.M qui font le lien avec le jeu vidéo Marvel's Avengers dont est vaguement inspirée la série de sets commercialisée cette année.

Les armures Blazer et Tazer sont toutes deux équipées de têtes neutres transparentes, les tampographies sont impeccables et les épaulettes de Tazer, disponibles en noir et en rouge dans d'autres sets, sont ici livrées pour la première fois en Dark Blue. Les collectionneurs d'armures ont donc ici deux nouvelles versions à ajouter à leur Hall of Armor et un emplacement est même déjà prévu pour Blazer dans le set 76167 Iron Man Armory.

Red Skull n'avait plus été vu chez LEGO depuis sa première apparition dans le set 76017 Captain America vs. Hydra commercialisé en 2014, si on oublie la version trop cartoon du set Mighty Micros 76065 Captain America vs Red Skull commercialisé en 2016. Le torse et la tête de cette nouvelle version sont inédits, mais je préfère la version 2014 dont la tampographie du torse est plus basique mais incarne à mon avis plus efficacement la tenue emblématique du personnage.

76166 Avengers Tower Battle

La minifig de Black Widow est celle livrée cette année dans les sets 40418 Falcon & Black Widow Team-Up et 76153 Helicarrier.  Exit les bâtons, classiques ou à base de baguettes Harry Potter, Natasha Romanoff est ici équipée de deux pistolets semi-automatiques.

La minifig d'Iron Man n'est pas inédite, c'est celle disponible cette année dans les sets 76140 Iron Man Mech, 76152 Avengers : Wrath of Loki76153 Helicarrier et 76164 Iron Man Hulkbuster Versus A.I.M. Agent.

On retiendra que LEGO fournit ici une chevelure pour Tony Stark, un accessoire qui permet de profiter du personnage sans son casque. Ce n'était pas le cas dans le set 76164 Iron Man Hulkbuster Versus A.I.M. Agent, c'est donc une initiative à saluer.

Les deux agents de l'A.I.M. sont identiques et sont aussi livrés cette année dans les sets 76143 Avengers Truck Take-down, 76164 Iron Man Hulkbuster Versus A.I.M. Agent76167 Iron Man Armory et 40418 Falcon & Black Widow Team-Up.

76166 Avengers Tower Battle

Pour conclure, je pense que ce playset ne démérite pas, il offre de quoi s'amuser avec une construction imposante qui s'ouvre sur des espaces intérieurs à l'agencement un peu sommaire mais suffisamment spacieux pour y glisser les doigts.

La finition du bâtiment lui-même n'est pas exceptionnelle mais l'effet "tour de verre" est bien là avec un profil relativement fidèle à la version vue à l'écran ou dans les comics. Les collectionneurs d'armures devront se faire une raison, c'est 94.99 € pour deux nouvelles minifigs ou un achat au détail sur le marché secondaire.

On trouve actuellement cette boite pour moins de 67 € chez Amazon en Allemagne et à ce tarif là, ce produit me semble vraiment être un joli set à offrir à un jeune fan des Avengers qui a besoin d'un point de rassemblement pout sa troupe de super-héros.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Date limite fixée au 17 octobre 2020 prochain à 23h59.


40424 Winter Snowball Fight

La vignette hivernale 2020 est maintenant disponible : le set LEGO 40424 Winter Snowball Fight est en effet en vente sur la boutique officielle en ligne au prix public de 12.99 € / 16.90 CHF.

Dans cette boite de 149 pièces, de quoi assembler une sympathique petite scène qui viendra éventuellement étoffer les dioramas composés des nombreux sets déjà commercialisés sur la thématique Winter Village.

Deux minifigs équipées de jolis torses inédits et de jambes courtes sont fournies, elles sont accompagnées du husky habituel. Le chapeau du garçon n'est pas inédit, il est disponible dans une demi-douzaine de sets depuis 2018.

40424 WINTER SNOWBALL FIGHT SUR LE SHOP LEGO >>

LE SET EN BELGIQUE >> LE SET EN SUISSE >>

 


LEGO Super Mario 77907 Toad’s Special Hideaway

Le set LEGO Super Mario 77907 Toad’s Special Hideaway est une petite boite de 120 pièces qui devait initialement être vendue durant le San Diego Comic Con 2020 et qui finalement ne sera commercialisée que via la boutique officielle en ligne américaine au tarif de 19.99$.

Rien d'exclusif dans cette petite extension qui devait assurer la promotion du concept LEGO Super Mario durant la convention américaine qui a finalement été annulée, la figurine de Toad est également disponible sous la même forme dans le set 71368 Toad’s Treasure Hunt Expansion Set (69.99 € / 109.00 CHF).

Je pense que parmi toutes les exclusivités dont nous parlons aujourd'hui et qui seront vraisemblablement commercialisées uniquement outre-Atlantique, celle-ci ne devrait pas manquer à grand monde sauf peut-être à ceux qui se sont donné pour mission de rassembler tous les produits de la gamme LEGO Super Mario.