08/10/2012 - 10:03 À mon avis... LEGO News

Star Wars Episode I The Phantom Menace

Un article intéressant sur le site npr.org (National Public Radio) apporte quelques pistes et permet d'essayer de comprendre comment les jeunes générations se trouvent des affinités avec une saga cinématographique vieille de 35 ans.

Parmi tous les fans de Star Wars, nombreux sont ceux qui n'ont connu la Trilogie Originale qu'à travers les multiples sorties en DVD ou les diffusions TV. Moi, le premier, j'étais bien trop jeune en 1977 pour assister à la sortie de l'Episode IV : A New Hope au cinéma.

Comment  un univers comme celui de Star Wars réussit-il le pari de rester à la mode en permanence et de séduire de nouvelles générations là ou d'autres univers soi-disant cultes ont du mal à survivre aux évolutions technologiques et aux changements de mentalité ? C'est très simple : Un univers rempli d'action, de vaisseaux spatiaux, de combats au sabre laser, de créatures diverses et variées, un scenario basique avec l'histoire d'une famille qui se dispute le contrôle de l'univers, des héros attachants (parfois agaçants) qui permettent à chacun de s'identifier à celui avec lequel il a le plus d'affinités, des méchants (vraiment très méchants) emblématiques, des oursons, un gosse qui pilote un engin de course et la cause est entendue.

Star Wars devient pour les plus jeunes l'équivalent du cow-boy contre les indiens, du chevalier qui se bat contre le dragon pour sauver la princesse, etc... la projection dans un futur technologiquement passionnant en plus. L'univers Star Wars s'est tellement étendu qu'il est impossible d'en connaître tous les recoins. Il est possible de passer une vie à se documenter sur les personnages ou les planètes, s'informer sur les technologies, suivre les spin-offs et autres histoires parallèles sorties de l'imagination d'auteurs tiers....

Les produits dérivés jouent évidemment un rôle important dans la survie de cet univers auprès des plus jeunes. Combien d'enfants jouent avec des LEGO de la gamme Star Wars sans jamais avoir vu les films ?  Leurs parents achètent ces jouets parce qu'ils traitent d'un univers dont ils sont eux-mêmes nostalgiques et transmettent ainsi leur propre intérêt pour la saga.

Je préfère, mais c'est très personnel, offrir un X-Wing à mon fils qu'un camion-poubelle, ou un Tie Fighter plutôt qu'un tractopelle. Je préfère l'entendre reproduire une bataille spatiale dans sa chambre que de le voir faire le tour d'une ville imaginaire pour vider les ordures... La part de rêve qu'il me reste de Star Wars, je la transmet au travers de ces jouets et j'ai ainsi l'impression de la perpétuer dans mon propre quotidien.

Les séries animées diffusées actuellement comme The Clone Wars contribuent évidemment à happer les plus jeunes dans la spirale Star Wars. Ils découvrent les personnages que nous, adultes, connaissons déjà et je peux parler avec mon fils d'Anakin ou d'Obiwan comme d'une connaissance commune. Lui me parle de leurs aventures animées, moi je lui raconte ce que j'en ai vu dans les films. Le pont est là,  le lien est fait et nous avons chacun nos repères mais dans le même univers.

Et c'est cet univers commun qui nous pousse à consommer encore aujourd'hui du Star Wars à toutes les sauces : T-shirts, LEGO, DVDs, etc... Star Wars a cette capacité à résister à tous les effets de mode et à toutes les tranches d'âge. Un gamin avec un t-shirt Star Wars reste dans le coup, tout comme un ado ou un adulte. C'est moins évident avec les Tortues Ninja, Ben 10 ou les Power Rangers...

Et vous, si vous êtes fan, comment avez-vous découvert cet univers ? A quel âge ? Vous pouvez livrer vos impressions dans les commentaires.

02/07/2012 - 00:00 À mon avis...

Le stand BrickPirate @ Fana'Briques 2012

Cette année, j'avais décidé que j'irais voir de mes propres yeux ce à quoi ressemble un rassemblement de fans de LEGO, en l'occurence l'un des plus importants en France, Fana'Briques 2012.

Départ donc avec toute la famille pour Rosheim, ou plutôt Obernai à quelques kilomètres du lieu de l'exposition où nous avions trouvé une chambre d'hôte. Le samedi matin, direction Fana2012 avec l'envie de m'en mettre plein les yeux et de rencontrer tous ceux qui font vivre le LEGO en France, rassemblés le temps d'un week-end.

Dès l'arrivée, je remarque que l'organisation est à la hauteur. Tout ou presque a été pensé correctement, et ça sent le travail bien fait. Direction le stand de BrickPirate pour aller à la rencontre de LEGOmaniac, Lyonnais qui assure l'ambiance, Stephle59, Alkinoos, 74louloute, R5-N2, Domino, Icare, Captain Spaulding et bien d'autres, qu'ils me pardonnent si je les oublie ici....

Belle ambiance dans la salle, il fait chaud, les gens arrivent, s'agglutinent autour des stands, et celui de BrickPirate fait le plein : Il est idéalement placé et les MOCs présentés sont de qualité. Rapide tour de l'expo dans son ensemble, et c'est assez inégal, le meilleur côtoie le moins bon.... Beaucoup de trains, les enfants adorent, moi un peu moins, et la thématique Travaux Publics me séduit moyennement. Je passe rapidement sur les pelleteuses, les grues, les niveleuses etc...

Certains stands sont impressionnants par la taille des MOCs mis en scène. D'autres le sont un peu moins, les MOCs présentés sont en fait un réseau de rails au milieu duquel sont rassemblés sans vraiment de logique des engins divers et variés, quelques minifigs et quelques maisonnettes sans grande cohérence. Je passe là aussi rapidement.

Le stand SeTechnic @ Fana'Briques 2012

Ce qui me frappe au cours de mes déambulations, c'est le contraste entre l'enthousiasme de l'équipe BrickPirate ou de la team SeTechnic, impatientes de rencontrer le visiteur, de montrer leur travail, de discuter avec les gosses qui ne rêvent que d'une chose, toucher, manipuler, jouer... et certains autres stands où la morosité mâtinée avec sans doute un peu de suffisance et de nonchalance sont de mise. Je m'agace de voir certains exposants vautrés derrière leur table, impassibles.

De belles choses à voir également pour les amateurs de Technic avec le stand de SeTechnic et la regrettable présence de Régis Gamba alias le très détestable, mythomane et arrogant Anio qui avait amené ses derniers MOCs dont le très chromé UCS du Naboo Royal Starship. On y présente aussi un télésiège débrayable (J'ai dû me faire expliquer ce que ça voulait dire) et quelques grues gigantesques devant lesquelles Joe Meno, l'auteur de Culture LEGO et éditeur du BrickJournal, s'est extasié.

Beaucoup de créations médiévales sur le salon, dont l'Archenval de Stephle59, superbe, et cette thématique que je n'affectionne pas particulièrement m'est tout d'un coup plus sympathique.  Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, dit-on dans les milieux autorisés...

Pendant ce temps mon fils de 9 ans se gargarise devant les tables pleines de figurines Hero Factory, Bionicle et consorts. Mon autre fils de 3 ans essaye quant à lui désespérément de faire traverser une voiture sur une voie ferrée en tentant d'ouvrir la barrière une fois le train passé. Je lui explique qu'il ne peut pas toucher, il s'agace, et je me dis que c'est un énorme paradoxe : Une expo entière de jouets qu'on ne peut pas toucher. Heureusement, les organisateurs avaient prévu quelques coins avec tables, bancs et vrac de pièces pour les plus jeunes.

Quelques bières bien fraîches plus tard, petite discussion avec les très sympathiques gars de Muttpop, Nicolas et David, qui sont à l'origine du projet Culture LEGO et qui ont eu le bon goût de nous ramener Joe Meno, venu visiter l'expo et dédicacer l'ouvrage en question. J'ai récupéré mon exemplaire, dédicacé, et j'étais tout excité. L'opération a été rondement menée, le bouquin est une réussite et j'espère que le succès de cet ouvrage ouvrira la porte à d'autres réalisations du même acabit.

Joe Meno @ Fana'Briques 2012

Une chose est sûre : Quand je vois ce dont est capable la communauté française, je me dis que nous avons de la chance d'avoir des MOCeurs de talent, capables de se regrouper et d'aplanir leurs éventuelles divergences de point de vue au moins l'espace d'un week-end convivial.

Ce que j'ai vu à Rosheim, ce sont des gens passionnés, prêts à de nombreux sacrifices pour partager leur passion. Et pour cela, ils méritent tous le respect et le soutien des fans français. Et de LEGO aussi, mais c'est une autre histoire...

Mention spéciale à l'équipe BrickPirate, avec qui j'ai passé de bons moments, et merci à LEGOmaniac, Captain Spaulding et 74louloute pour leur accueil, leur gentillesse et les souvenirs que j'ai ramené de cette escapade sympathique.

Il y aurait beaucoup d'autres choses à dire sur cet évènement et j'en reparlerai ici à l'occasion, avec le recul nécessaire.

20/06/2012 - 21:51 À mon avis...

Les nouveautés LEGO au meilleur prix

LEGO Monster Fighters : 9466 The Crazy Scientist & His Monster (Photo par Chris McVeigh)

C'est volontairement que je n'ai pas sauté sur l'article de Brickset qui présente le cliché ci-dessus pris par Chris McVeigh au déballage de son set LEGO Monster Fighters 9466 The Crazy Scientist & His Monster et qui indique que la brique de gauche issue de ce set est beaucoup moins lourde, le plastique moins opaque et moins dense et que la couleur qui devait être du Medium Blue est loin de s'accorder avec celle de la brique de droite...

Toujours selon Chris McVeigh, l'ensemble des briques du set en question semblent de mauvaise qualité, à l'exception des slopes 1x2x2 en Medium Blue.

Cela étant dit, les réactions ont été nombreuses, et les commentaires de l'article en question pullulent comme d'habitude de remarques au sujet d'une possible fabrication en Chine de ces briques, ce qui expliquerait leur mauvaise qualité.

C'est un raccourci un peu rapide souvent fait dans le feu de l'action et sans prendre de recul. Quiconque a déjà travaillé avec des fabricants chinois, et je suis bien placé pour aborder le sujet,  sait que ce n'est pas aussi simple.

Les Chinois, comme les autres fabricants de la planète, produisent selon les critères fournis par le donneur d'ordre, en l'occurence LEGO dans ce cas précis. Et LEGO a forcément mis en place un contrôle qualité, tout au long du processus de production. Résumer l'industrie chinoise à la production de produits bas de gamme, c'est bien mal connaître la capacité de ces industriels à s'adapter aux contraintes du marché pour lequel ils produisent.

Ne nous voilons pas la face, les Chinois savent aussi fabriquer des produits de qualité. Le coût de la main d'oeuvre, extrêmement réduit, leur permet d'être compétitifs mais ils sont capables de tenir un cahier des charges précis, pour peu que celui qui commande la marchandise garde un oeil sur la phase de production.

Je pense qu'il ne faut pas incriminer systématiquement les usines chinoises sous-traitantes de LEGO pour chaque problème de qualité, et ils sont de plus en plus nombreux, que nous rencontrons actuellement dans différentes gammes.

LEGO peut avoir décidé de réduire ses coûts de production, en réduisant la densité du plastique, sa qualité, la qualité des pigments de coloration utilisés, le nombre de contrôles effectués durant la phase de production, etc...

Après tout, LEGO a retrouvé sa position de leader sur son secteur et chacun sait qu'il est facile de se reposer sur ses lauriers. Les actionnaires retrouvent le sourire, les dividendes, et en veulent toujours plus. Dans le même temps les volumes de production augmentent, permettant d'importantes économies d'échelle et favorisant la délocalisation de la production dans des pays capables de rép0ndre rapidement à une demande croissante mais qui n'ont pas la meilleure image sur le plan de la qualité. Que ce soit au Mexique ou en Chine, ou même dans les pays de L'Est, LEGO cherche à réduire ses coûts, et la main d'oeuvre en représente une grande partie.

Mais de substantielles économies peuvent également être réalisées en réduisant de manière même limitée la qualité des matières premières. Le consommateur lambda n'y verra que du feu, il s'agit avant tout d'un jouet de construction destiné à être manipulé par des enfants.

Les AFOLs eux, maniaques et minutieux, se rendent évidemment compte que de nombreux détails sont négligés par LEGO ces derniers temps, depuis les sérigraphies mal alignées au pièces qui se fendent rapidement après leur première utilisation.

Les problèmes de qualité sont là, de plus en plus présents, c'est un fait. Mais ne blâmons pas les Chinois ou les Mexicains. C'est à LEGO qu'il faut s'adresser, pour faire remonter l'information, et faire comprendre à ce fabricant leader aujourd'hui mais à la limite du dépôt de bilan il y a quelques années, que rien n'est acquis.

Les gens achètent du LEGO au prix fort pour la qualité des produits. Si cette qualité baisse, les prix devront également baisser, ou les consommateurs se tourneront sans états d'âme vers les marques alternatives, bien moins chères...

17/06/2012 - 19:07 À mon avis...

Les nouveautés LEGO au meilleur prix

rayon lego magasin

Je suis comme la plupart d'entre vous, j'adore traîner dans le rayon jouets des magasins. Je m'y sens à l'aise, dans mon élément. J'y découvre toutes ces nouveautés qui me font encore et toujours envie et je m'émerveille devant l'ingéniosité des fabricants dans ce domaine en perpétuelle évolution.

Mais je constate aussi une réaction étrange de ma part :  Pour la plupart des marques, je pose un regard d'enfant, avec l'envie de jouer, de manipuler, de faire vivre ces jouets. Lorsque j'arrive en face du rayon LEGO, mon regard change. Je dévisage chaque boite avec un sentiment différent, comme si je leur portais une estime différente, comme si je devenais tout d'un coup plus observateur, plus concerné, moins joueur...

Ce changement d'attitude me surprend toujours. J'aime jouer avec mes LEGO, voir mon fils assembler un set, inventer un vaisseau, secouer une boite pour jauger de la densité de son contenu... Mais je suis aussi toujours plus précautionneux avec mes LEGO qu'avec les autres jouets qui peuplent les chambres de mes enfants.

J'accorde plus de valeur aux quelques briques de plastiques ou aux minifigs de ma collection qu'à la figurine de Spider-Man du petit dernier ou qu'aux toupies chéries du plus grand. Même eux ont parfois du mal à comprendre ce respect que j'accorde aux LEGO de ma collection, car après tout, pour eux, ce ne sont que des jouets comme les autres. Ils ont du mal à comprendre pourquoi je suis aux petits soins pour les livrets d'instructions, ou pourquoi je fais attention à ne pas endommager une boite, surtout lorsqu'on jette sans complexes les emballages d'autres jouets, parfois beaucoup plus chers, après un déballage fébrile un matin de Noël...

Ce comportement étrange ne me dérange pas.  Il choque parfois, toutes proportions gardées, mon entourage, mais je me trouve toujours une explication valable pour justifier de mon rapport aux LEGO. 

A la différence de beaucoup d'AFOLs d'aujourd'hui, je n'ai que très peu de souvenirs d'enfant impliquant des LEGO. Même à l'époque, ce jouet était déjà très cher, et acheter des LEGO était un luxe que tous les parents ne pouvaient pas se permettre. 

Je ne suis pas devenu AFOL par nostalgie, je n'ai pas grand chose à raconter de mon enfance avec les LEGO, et je n'ai pas eu le sentiment d'avoir vécu un Dark Age, ce passage à vide au cours duquel les fans de LEGO font des infidélités à leur jouet préféré.

Tout ceci explique sans doute mon rapport actuel avec les LEGO : Une espèce de dualité entre envie de jouer et passion de la collection. Envie de connaître cette sensation de douleur agréable des doigts qui souffrent d'avoir manipulé trop de briques, mais aussi de rechercher les sets plus anciens pour compléter une collection qui prend déjà trop de place. 

Je ne me souviens pas d'avoir joué aux LEGO étant petit, mais je me souviendrais avoir rattrapé le temps perdu étant adulte.

Et vous ? quel est votre rapport aux LEGO ? Joueurs, collectionneurs, créateurs, nostalgiques, quelle est la valeur de ces bouts de plastique à vos yeux ?

07/05/2012 - 23:05 À mon avis...

starwars-holonet.com

Si vous êtes là, c'est que vous aimez les LEGO et Star Wars. Ou Star Wars et les LEGO... Chacun ses priorités. mais l'univers Star Wars est immense et rares sont ceux qui peuvent se targuer de le connaître sur le bout des doigts.

Alors pour les fans lambdas, un peu comme moi en fait, il existe quelques ressources toujours utiles sur Internet. starwars-holonet.com est l'une d'entre elles et il s'agit avant tout d'une encyclopédie (ultra) détaillée de l'univers Star Wars.

Tout y est, et je dois dire qu'on y passe vite beaucoup (trop) de temps à sauter d'un truc à un autre pour oublier ce qu'on est venu y chercher, mais pour en repartir en ayant appris quelques détails sympas qui nous permettent de briller devant nos potes les plus prétentieux sur le sujet.

La navigation est aisée, c'est bien écrit et richement illustré et lorsque vous avez un doute ou une question au sujet d'une arme, d'un vaisseau, d'une date, d'un personnage, vous y trouverez à coup sûr une réponse documentée.

Alors mettez moi ce site en favori, et la prochaine fois que vous lirez un truc sur Wikipedia qui vous semble bizarre, allez vérifier sur starwars-holonet.com si l'info est fiable...