22/02/2019 - 16:19 À mon avis... Reviews

10265 Ford Mustang

On enchaîne avec un rapide coup d'œil au set LEGO Creator Expert 10265 Ford Mustang (1471 pièces - 139.99 €) qui rejoint cette année la liste des véhicules plus ou moins réussis commercialisés jusqu'ici dans cette gamme. Le dernier en date, l'Aston Martin DB5 du set 10262, n'était pas vraiment convaincant et il n'y a pas besoin d'être expert en quoi que que ce soit pour deviner que cette Ford Mustang relève le niveau.

Cette nouvelle boite est d'ailleurs rassurante : en choisissant le bon modèle à reproduire et le bon designer pour gérer la conversion à la sauce LEGO, c'est la preuve qu'on peut obtenir un modèle vraiment réussi. Tout n'est pas parfait dans ce nouveau set, mais l'équilibre entre l'aspect esthétique et les différentes fonctionnalités intégrées est cohérent.

La Ford Mustang livrée ici dispose d'une direction vraiment fonctionnelle. Dit comme ça, on pourrait penser que c'est presque un exploit technique car l'Aston Martin commercialisée l'année dernière ne permettait pas d'orienter les roues avant pour améliorer un peu le rendu du véhicule lorsqu'il est exposé sur une étagère...

Pour ceux que ça intéresse ou ceux qui n'ont de toute façon pas l'intention d'acheter cette boite mais qui veulent savoir, je vous ai mis ci-dessous le résultat obtenu à la fin de chacune des six étapes prévues. L'assemblage est vraiment plaisant, avec une progression bien pensée qui permet de profiter au maximum de cette étape que beaucoup ne réaliseront qu'une fois avant d'exposer le véhicule dans un coin du salon. La direction est exploitable très rapidement via le volant ce qui permet d'en comprendre le mécanisme très simple avant qu'il ne disparaisse sous le moteur de la Mustang.

Le mécanisme qui permet de relever le train arrière via une molette très discrète et joliment intégrée permettra de donner plus tard un look vraiment agressif à cette Ford Mustang. C'est rustique mais parfaitement exécuté, sans en faire trop au risque de surcharger et de dénaturer l'arrière de la Mustang.

La sellerie dans les tons beiges de la Mustang est très réussie, l'effet cuir clair est parfaitement assorti à la carrosserie et le contraste visuel permet de profiter de cet intérieur même lorsque l'assemblage est terminé. Le souci du détail jusque dans l'habillage de l'intérieur des portières est vraiment appréciable.

Le moteur est visible en soulevant le capot avant et on peut sans trop en faire affirmer que c'est un petit bijou de créativité. Tout y est, jusqu'au filtre à air bleu en passant par les barres de renforts et le bouchon estampillé du logo de la marque. C'est vraiment du maquettisme de haut vol.

Deux détails qui me gâchent un peu le plaisir : l'alignement très approximatif des montants du pare-brise avec la vitre et les passages de roues dont l'arrondi n'est pas parfait. Sous certains angles et avec quelques reflets, on a même l'impression que les deux éléments se rejoignent avec une courbe vers l'intérieur. Pour chipoter encore un peu, l'axe marron des roues avant dont l'extrémité est visible, aurait gagné à être dans une autre couleur et on constate ici et là quelques légers écarts de teinte un peu agaçants entre les différentes pièces bleues de la carrosserie.

Pas de pièces chromées ici et c'est un peu dommage. Mais j'ai envie d'être indulgent sur ce point, le modèle se satisfait volontiers des pièces grises utilisées pour les pare-chocs.

Quelques stickers sont à coller ici ou là, mais le modèle bénéficie tout de même de nombreux éléments tampographiés : Le cheval emblématique de la marque à l'avant, le petit bouchon gris du moteur, les prises d'air sur les flancs arrières, les pièces blanches avec la bande bleue et les bas de caisses bleus avec lignes blanches (dont les pièces estampillées GT) sont autant d'éléments déjà imprimés.

C'est tampographié donc c'est mieux. Malheureusement, ce choix technique a aussi ses défauts et on peut regretter que la continuité de la bande bleue qui traverse la carrosserie du véhicule en passant par le toit ne soit pas parfaite ou que l'alignement du bandeau sur les bas de caisse laisse un peu à désirer avec en prime une teinte blanche qui a du mal à ressortir parfaitement sur le fond bleu.

Au rayon des stickers, LEGO fournit également un lot complet de plaques d'immatriculation à coller et à changer selon votre humeur du jour.

10265 Ford Mustang

Lorsque la Ford Mustang historique est assemblée, LEGO propose ensuite de personnaliser le véhicule à l'aide de différents éléments pour lui donner un look à la Fast & Furious. Comme indiqué plus haut, vous pouvez d'un seul doigt surélever le train arrière du véhicule. Le designer a pensé à tout et deux panels noirs dissimulent l'intérieur du châssis lorsque la Mustang est dans cette position.

Les autres éléments de personnalisation prévus sont posés en quelques secondes : L'aileron arrière vient simplement se fixer sur le capot du coffre, les sorties d'échappement latérales se fixent en un clin d'œil de chaque côté, le spoiler avant est parfaitement pensé pour s'enficher et il suffit de retirer la prise d'air du capot avant et le filtre à air du moteur V8 standard pour poser le gros élément de motorisation.

Plus anecdotique mais indispensable : la bonbonne de NOS à placer dans le coffre. En deux mots, tout est parfaitement pensé pour que cette phase de personnalisation ne soit ni laborieuse, ni une contrainte.

10265 Ford Mustang

Les amateurs de techniques de montage innovante et astucieuses y trouveront ici largement leur compte. Sans trop en dévoiler pour laisser aux amateurs la possibilité de savourer chaque instant de la phase d'assemblage, on peut dire que le designer a vraiment mis son talent au service du modèle avec des portières superbement intégrées, un bouclier avant très réussi, un moteur vraiment détaillé, un habitacle superbement habillé et une foule de petits détails visuels qui rendent ce modèle vraiment très abouti.

Avec en prime une jolie boite aux faux airs de maquette Heller, un livret d'instructions abondamment illustré et documenté sur l'histoire de la Ford Mustang avec quelques facts disséminés au fil des pages et un concept de personnalisation 2-en-1 vraiment abouti, LEGO propose enfin une maquette convaincante qui mérite d'être en bonne place sur nos étagères.

Je m'arrête là et pour finir,  j'ajoute que cette boite me réconcilie définitivement avec la série de véhicules LEGO Creator Expert dont certains modèles n'étaient pas vraiment du niveau de ce qu'on peut attendre d'un fabricant comme LEGO. Vous l'aurez compris, c'est un grand oui pour ce set.

Disponibilité annoncée pour le 1er mars prochain au prix public de 139.99 €. Le set est maintenant en ligne sur le Shop LEGO :

LE SET 10265 FORD MUSTANG SUR LE SHOP LEGO >>

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Pour participer au tirage au sort, il vous suffit de poster un commentaire sur cet article avant le 28 février prochain à 23h59. Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d'accord avec moi, ce n'est pas éliminatoire.

Mise à jour : Le gagnant a été tiré au sort et a été prévenu par email, son pseudo est indiqué ci-dessous. Sans réponse de sa part à ma demande de coordonnées sous 5 jours, un nouveau gagnant sera tiré au sort.

BullsMan - Commentaire posté le 25/02/2019 à 20h34
21/02/2019 - 20:46 À mon avis... The LEGO Movie 2

the lego movie 2 bof quoi

Je suis allé voir The LEGO Movie 2. Je sors tout juste du cinéma et je préfère réagir à chaud (sans spoilers) pour ne pas trop idéaliser avec le temps qui passe un film d'animation finalement très correct mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Voici donc quelques impressions très personnelles sur le film.

Sur la forme, tout d'abord : c'est très brouillon et on s'y perd un peu dès qu'on sort d'Apocalypseburg. Le road trip hystérique qui suit l'invasion des méchants aliens DUPLO est parsemé de chansons sans grand intérêt vaguement adaptées en version française et qui arrachaient régulièrement des bâillements aux enfants présents dans la salle. Malgré le fil rouge du film, le scenario me semble vraiment alambiqué et décousu au delà de la première demi-heure.

Même les personnages du film manifestent régulièrement leur agacement d'avoir à supporter des intermèdes musicaux qui prennent tour à tour des airs de chansons de comédie musicale ou de RNB sirupeux. C'est garanti, aucune de ces chansons ne deviendra le hit qu'était Everything is Awesome (Tout est Super Génial) en son temps. The LEGO Movie 2 n'est toutefois pas une comédie musicale et les différents "clips" ne servent finalement qu'à mettre en scène une kyrielle de personnages secondaires qui n'auraient rien à faire là sans ce prétexte.

the lego movie 2 bof bof rebof quoi

Visuellement, c'est du niveau du premier volet, avec une reproduction numérique des briques et minifigs toujours aussi impressionnante. Traces de doigts, rayures, usure des pièces, tout y est, on s'y croirait. D'ailleurs, dans ce second volet, on ne construit plus grand chose et les personnages passent le plus clair de leur temps à détruire des trucs. Les séquences d'assemblage et de transformation visuellement impressionnantes vues dans le premier volet sont ici plutôt rares. Sans surprise, la première demi-heure reste la préférée des enfants que j'accompagnais. Apocalypseburg, des poursuites, de l'action, ça fonctionne.

Sur le fond : Warner a sans doute voulu s'assurer qu'aucun lobby ne serait en mesure de critiquer le propos du film et le studio sert abondamment la soupe à tout le monde histoire de s'économiser un bad buzz éventuel. Tolérance, acceptation de la différence, sexisme, féminisme, estime de soi, etc... tout y passe et tout est mélangé. Chaque échange entre les personnages ou presque est ponctué de dialogues moralisateurs et les chansons ne sont pas en reste. Les rares vrais gags présents dans le film sont noyés dans ces tirades interminables et il devient difficile de rire franchement.

Résultat des courses, aucun de ces messages n'a de réel impact sur le spectateur, en tout cas pas sur les jeunes enfants que j'accompagnais qui au-delà de la première demi-heure avouent s'être un peu ennuyé. Ils étaient venus voir la suite d'un premier volet riche en scènes d'action et en gags qui font mouche, ils repartent un peu déçus et ne retiennent pas vraiment de gag marquant ou de refrain particulier. Même Emmet est devenu un personnage agaçant.

lego movie rex dangervest emmet raptors

L'arrivée de Rex Dangervest (Rex Danger en français...), de sa décontraction, de sa franchise et de ses raptors permet au moins de se trouver provisoirement un nouveau héros moins chouineur qu'Emmet et moins agaçant que Batman qui en fait ici des caisses pour pas grand chose. Au final, les enfants que j'accompagnais ont largement désigné Rex comme leur personnage préféré, faisant même fi des culbutes scénaristiques du film...

Cool-Tag est franchement massacrée par TAL qui récite ses grandes tirades philosophiques comme un élève de CM2 et le personnage en perd dès le début toute crédibilité. Chacun son métier, même si je comprends qu'il faut vendre le film en faisant appel à quelques têtes d'affiche pour en faire la promo.

Benny est ici relégué au rang de personnage secondaire incapable de faire autre chose que de répéter bêtement son gimmick habituel (Vaisseau spatial, vaisseau spatial, etc...) ce qui rend ce personnage, attachant dans le premier volet, presque insupportable dans ce second opus.

Unikitty / Ultrakatty est la vraie star de la première partie, Warner et LEGO ont à mon avis su mettre en valeur ce personnage et lui donner la place qu'il mérite dans cette suite sans grande saveur. Dommage que la licorne multicolore passe rapidement au second plan après quelques scènes très réussies.

Warner a aussi injecté dans le film toutes les licences un peu geek du moment (dont le studio détient les droits) avec des apparitions éclair de nombreux personnages, véhicules et autres objets issus de différents univers que les plus jeunes ne connaissent pas mais qui permettent aux parents de rester attentifs. En marge de la Justice League, de Gandalf ou des personnages du Magicien d'Oz, le vrai gros clin d'œil pour adultes est plutôt inattendu mais il fait mouche.

the lego movie 2 bof bof quoi

Dans ce second volet, les interactions entre le monde réel et les jouets sont plus nombreuses. C'est logique, le pitch surprise du premier opus étant éventé, il fallait continuer l'histoire en intégrant ce paramètre. Le jeu des "vrais" acteurs est du niveau d'une sitcom de fin d'après-midi, avec un oscar à décerner à la mère des deux gosses que le réalisateur oblige à (mal) jouer LE gag récurrent autour des briques LEGO et même à le faire deux fois au cas où l'adulte qui accompagne ses enfants au cinéma n'aurait pas compris. C'est surjoué, mal joué, mal amené.

Bref, The LEGO Movie 2 est sans doute un bon divertissement pour fans de LEGO, jeunes et moins jeunes, qui seront forcément indulgents. Dommage que Warner se sente obligé de nous imposer un film trop bavard dont le message se perd au milieu de séquences musicales ennuyeuses et de dialogues vaguement formatés pour faire la leçon à des enfants.

Concernant les produits dérivés, c'est comme d'habitude : les sets commercialisés exploitent tout ce qui passe à l'écran, même l'espace d'une demi-seconde. Les stars de certaines boites ne sont pas forcément les stars du film...

Si vous avez déjà vu le film, n'hésitez pas à livrer vos impressions dans les commentaires (sans spoilers svp). Sinon, allez le voir et faites vous votre propre opinion. Il y aura autant d'avis que de spectateurs.

75235 X-Wing Starfighter Trench Run

Cette année, LEGO a décidé que les très jeunes fans avaient eux aussi le droit d'assembler du Star Wars et ça donne notamment le set 75235 X-Wing Starfighter Trench Run, une petite boite de la gamme "4+" vendue 29.99 € avec 132 pièces, deux minifigs et un droïde.

On évacue d'abord le contenu d'accompagnement qui est ici livré sous la forme d'une portion de la Death Star qu'il faudra attaquer à l'aide du X-Wing fourni. Rien de complexe concernant l'assemblage, tout est pensé pour que ceux qui arrivent de la gamme LEGO DUPLO s'adaptent progressivement au format et aux techniques des produits System.

Même si LEGO annonce un peu pompeusement qu'il s'agit de la scène du "Trench Run", ne cherchez pas ici la fidélité de la reproduction et dites vous simplement que la structure est prévue pour que les enfants s'amusent. Un canon turbolaser, un lance-disques avec quelques munitions supplémentaires, quelques tonneaux à renverser, il y a de quoi faire.

75235 X-Wing Starfighter Trench Run

Pour attaquer la Death Star, il faut un X-Wing. Ça tombe bien, il y en a un dans la boite. Ou plutôt un vaisseau qui ressemble vaguement à un X-Wing. Ici aussi, la simplification est poussée à l'extrême et le look final du vaisseau s'en ressent. Mais tout le monde sait qu'il suffit généralement de positionner quatre ailes en croix pour que les fans, surtout ceux âgés de quatre ans, y voient immédiatement un X-Wing.

Celui-ci est vraiment très caricatural, plus dans l'esprit Microfighter qu'autre chose. Le fan adulte que je suis est évidemment déçu de l'apparence de la chose, surtout au niveau du cockpit avec sa verrière basique qui ne couvre pas complètement le poste de pilotage, mais je ne suis pas la cible du produit, c'est LEGO qui le dit.

75235 X-Wing Starfighter Trench Run

L'affrontement risque d'être inégal car le X-Wing ne dispose d'aucun armement jouable, pas même un Stud-Shooter. Il faudra faire Pew-Pew pour espérer exploser la Death Star.

Plus regrettable, il n'y a pas de logement pour le droïde astromech R2-D2 sur la structure du vaisseau, il faudra donc un peu d'imagination pour ne pas le laisser à quai avant de partir en mission. Les ailes se replient facilement, pas de mécanisme compliqué ni d'élastiques ici. Pas de train d'atterrissage mobile non plus.

Aucun sticker dans ce set, tout est tampographié et certaines pièces du X-Wing pourront éventuellement servir à remplacer celles recouvertes de stickers dans d'autres sets plus appréciés des fans adultes. Malgré la méta-pièce utilisée pour le fuselage, le X-Wing ne flotte pas.

75235 X-Wing Starfighter Trench Run

Du côté des minifigs, seule la tête double face de Luke Skywalker avec visière relevée d'un côté est pour l'instant exclusive à ce set. Le casque, le torse et les jambes sont déjà disponibles dans une poignée d'autres boites. Suffisant pour que les collectionneurs les plus complétistes fassent l'effort.

Le Stormtrooper est ici équipé du nouveau casque vu dans le set 75229 Death Star Escape et qui sera également livré dans le set anniversaire 75262 Imperial Dropship. On aime ou pas, mais il faut faire avec.

R2-D2 n'est pas inédit ou exclusif, c'est la version déjà livrée dans une bonne douzaine de boites de la gamme LEGO Star Wars et même avec un livre d'activités à 8 €.

75235 X-Wing Starfighter Trench Run

Bref, pas de quoi épiloguer sur ce set. Si vous avez des enfants en bas âge et que vous tenez absolument à les faire entrer très tôt dans l'engrenage Star Wars au lieu de les laisser se gaver des aventures de Dora et Babouche, vous pouvez leur offrir ce set et leur subtiliser discrètement la minifig de Luke Skywalker. Ou la remplacer par une mini-doll de la Reine des Neiges.

Sinon, vous pouvez aussi attendre qu'amazon casse le prix de cette boite, ce qui ne manquera pas d'arriver.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Pour participer au tirage au sort, il vous suffit de poster un commentaire sur cet article avant le 25 février 2019 prochain à 23h59. Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d'accord avec moi, ce n'est pas éliminatoire.

Mise à jour : Le gagnant a été tiré au sort et a été prévenu par email, son pseudo est indiqué ci-dessous. Sans réponse de sa part à ma demande de coordonnées sous 5 jours, un nouveau gagnant sera tiré au sort.

bibabeloula93 - Commentaire posté le 24/02/2019 à 1h31

70823 Emmet’s Thricycle !

On reste dans le thème The LEGO Movie 2 avec un rapide coup d'œil au contenu du set 70823 Emmet’s Thricycle ! (174 pièces - 14.99 €).

Le tricycle d'Emmet à assembler ici dispose bien de trois roues mais elles sont alignées pour former un engin un peu loufoque et probablement difficilement pilotable. À vérifier dans le film, mais il semble que les différents éléments de l'engin soient des pièces de récupération issues du Construct-O-Mech du premier film.

Emmet, ici accompagné de Planty , prend place dans le poste de pilotage et la roue en contact avec le sol entraîne les deux autres par frottement lorsque le tricycle est en mouvement. Inutile mais pourquoi pas. L'engin ne tient debout que grâce aux deux supports rabattables placés en bas.

70823 Emmet’s Thricycle !

Heureusement, on trouve aussi un méchant alien DUPLO à base de briques System et une construction additionnelle dans cette petite boite. La pompe à essence Octan avec ses deux stickers au look vintage trouvera sa place au pied d'Apocalypseburg si vous avez investi dans le set 70840 Welcome to Apocalypseburg.

L'ensemble qui met en scène la pompe à essence sert également d'espace de rangement pour le tricycle dont les supports inférieurs viennent se glisser dans les espaces prévus. LEGO ne fournit qu'une seule minifig dans cette boite et c'est encore une fois la version habituelle d'Emmet...

70823 Emmet’s Thricycle !

Bref, pas de quoi philosopher longtemps sur le contenu de ce petit set rigolo qui devrait plaire aux plus jeunes. C'est au choix un produit d'appel à rajouter dans le caddie avant de passer en caisse ou un complément pour ceux qui veulent étoffer leur diorama au centre duquel se trouve la ville d'Apocalypseburg. À acheter en déstockage ou à prix réduit comme c'est déjà le cas chez amazon :

[amazon box="B07FNS6J8H"]

Note : Le set présenté ici, fourni par Warner Bros., est comme d'habitude mis en jeu. Pour participer au tirage au sort, il vous suffit de poster un commentaire sur cet article avant le 24 février 2019 prochain à 23h59. Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d'accord avec moi, ce n'est pas éliminatoire.

Mise à jour : Le gagnant a été tiré au sort et a été prévenu par email, son pseudo est indiqué ci-dessous. Sans réponse de sa part à ma demande de coordonnées sous 5 jours, un nouveau gagnant sera tiré au sort.

Hellvis - Commentaire posté le 13/02/2019 à 07h24

76127 Captain Marvel and The Skrull Attack

On jette aujourd'hui un rapide coup d'œil au set LEGO Marvel 76127 Captain Marvel and The Skrull Attack (307 pièces - 29.99 €), la seule boite basée sur le film Captain Marvel attendu en salles le 6 mars prochain.

Pour ne rien vous cacher, j'ai été surpris puis déçu par le contenu du set, mais j'avais oublié que cette petite boite de 300 pièces avec ses trois minifigs n'est vendue qu'une trentaine d'euros. Forcément, si on remet tous ces paramètres en perspective, on trouve quelques explications qui minimisent la déception.

76127 Captain Marvel and The Skrull Attack

Ne vous attendez donc pas à assembler un Quinjet de la taille de ceux des sets 6869 Quinjet Aerial Battle (2012),  76032 The Avengers Quinjet City Chase (2015) et 76051 Super Hero Airport Battle (2016). C'est ici une version très compacte (et vintage) du vaisseau vu dans le trailer du film que LEGO propose. On dirait presque plus un gros Microfighter qu'un petit vaisseau classique vaguement à l'échelle minifig.

Seul Nick Fury rentre dans le minuscule cockpit, Carol Danvers ne peut pas s'y glisser à cause de sa chevelure trop volumineuse. La verrière n'est pas fixée à la carlingue, il faut la retirer complètement pour mettre en place la minifig puis remonter le tout. Le résultat est peu ridicule pour tous ceux qui sont habitués à des vaisseaux plus spacieux, mais les plus jeunes y trouveront probablement leur compte.

76127 Captain Marvel and The Skrull Attack

Le niveau de détail de ce Quinjet de première génération reste très correct même à cette échelle réduite et les quelques stickers fournis contribuent largement à fignoler la chose.  Toujours aussi agaçant, il faut habiller la verrière du cockpit de quelques stickers et c'est moche en plus d'être difficile.

Les plus jeunes pourront dégommer des trucs à l'aide des deux lance-roquettes joliment intégrés sous les ailes et dont le mécanisme éjecte quatre missiles à la fois. Une trappe s'ouvre à l'arrière du vaisseau, mais à part le chat, difficile de glisser quelque chose à l'intérieur.

76127 Captain Marvel and The Skrull Attack

Du côté des minifigs, il y a du bon, du moins bon et du franchement médiocre. Le jeune Nick Fury est tout à fait correct avec sa chemise, sa cravate et son holster. On ne reconnaît pas forcément Samuel L. Jackson, mais on sait que c'est lui donc on finira par s'auto-persuader qu'il y a une ressemblance entre la figurine et l'acteur.

Concernant Carol Danvers aka Captain Marvel, il faudra encore plus d'imagination pour retrouver Brie Larson dans la minifig fournie. Ni les traits vraiment génériques du visage déjà utilisé dans la gamme LEGO Star Wars pour reproduire le visage de Qi'Ra (Emilia Clarke) ni la couleur des cheveux ne me semblent suffisamment convaincants pour qu'on associe cette minifig à celle qui incarne Carol Danvers à l'écran. Brie Larson me semble d'ailleurs être plus blonde qu'autre chose.

76127 Captain Marvel and The Skrull Attack

Le torse de Captain Marvel est réussi, c'est en tout cas fidèle à la version de la tenue vue dans les différents trailers déjà diffusés. Dommage pour les jambes qui sont ici neutres et qui auraient pu bénéficier d'une version en bi-injection avec bottes rouges.

Talos, le Skrull de service, est à mon avis raté. Le torse fait l'affaire mais la coiffe utilisée pour reproduire les oreilles en pointe du personnage est un peu ridicule. Il suffisait à mon avis de tampographier deux oreilles sans rien ajouter sur la tête du personnage pour éviter ce look d'elfe de la gamme Juniors. L'économie ainsi réalisée aurait permis de financer une "jupe" en tissu pour incarner les pans du manteau de Talos et une paire de jambes en deux couleurs pour la minifig de Captain Marvel...

J'oubliais, Carol Danvers est ici accompagnée de Goose, son chat. C'est un chat identique à celui qui traînait aussi dans la Batcave (76052), Dans le Old Fishing Store (21310) ou encore dans le bureau du Detective (10246). Un chat quoi.

Bref, ce set a au moins le mérite d'exister et de nous permettre d'obtenir une version inédite de Nick Fury et une nouvelle minifig de Captain "à-peu-près" Marvel après celle du set 76049 Avenjet Space Mission (2016).

Le Quinjet est une version micro à laquelle on ne peut pas reprocher grand chose sur le plan esthétique mais qui est trop compacte pour être crédible et la minifig de Talos ne rend pas vraiment hommage au personnage du film.

Pour 30 € ou un peu moins dans les mois qui viennent, je ferai tout de même l'effort d'ajouter cette boite à ma collection car c'est le seul produit dérivé du film proposé par LEGO.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Pour participer au tirage au sort, il vous suffit de poster un commentaire sur cet article avant le 24 février 2019 prochain à 23h59. Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d'accord avec moi, ce n'est pas éliminatoire.

Mise à jour : Le gagnant a été tiré au sort et a été prévenu par email, son pseudo est indiqué ci-dessous. Sans réponse de sa part à ma demande de coordonnées sous 5 jours, un nouveau gagnant sera tiré au sort.

Cdupropre - Commentaire posté le 13/02/2019 à 15h13