10275 Elf Club House

Comme promis, on fait rapidement le tour du set LEGO 10275 Elf Club House (1197 pièces - 94.99 €), le produit festif qui rejoint cette année l'univers du Winter Village.

Ceux qui sont habitués à investir chaque année dans ces jolies constructions aux toits enneigés et à la décoration un peu chargée seront ici en terrain connu. Cette nouvelle bâtisse, qui sert manifestement d'habitation aux elfes lorsqu'ils ne sont pas de service dans l'atelier du Père Noël, est remplie de mobilier, d'accessoires et de détails décoratifs qui expliquent la présence de près de 1200 pièces dans ce petit set.

L'assemblage est divertissant avec de nombreuses techniques qui viennent rythmer les incontournables séquences d'empilage de briques et de plaques pour la construction des murs et du toit du pavillon. Parmi les différents jouets à assembler, on retrouve un bateau pirate et un piano qui font manifestement référence aux sets LEGO Creator 31109 Pirate Ship et Ideas 21323 Grand Piano commercialisés cette année. On obtient également (encore) un sapin décoré à la conception différente de ceux déjà livrés dans les différents sets de la gamme Winter Village. C'est devenu un gimmick qui ne facilite pas la création d'une forêt de conifères au sein des dioramas, chaque designer y va de sa version.

Le designer Chris McVeigh à l'œuvre cette année n'oublie pas au passage de faire un clin d'œil appuyé à son passé de MOCeur avec un ordinateur à assembler qui fait référence à ses nombreuses créations sur le thème de l'informatique. Ce sera juste un détail de plus pour de nombreux fans, mais je trouve ce mini-modèle vraiment très réussi.

10275 Elf Club House

Deux "grosses" fonctionnalités sont disponibles ici : Le mécanisme qui permet de faire basculer les lits superposés installés à l'étage en tournant le bouton déguisé en horloge et le distributeur de gaufres intégré à la cheminée avec un plateau basculant pour récupérer la friandise évacuée par la machine. On ne va pas se plaindre de pouvoir s'amuser un peu avec ce set, c'est à mon avis toujours une bonne nouvelle lorsque les designers font l'effort de nous proposer des assemblages qui offrent une certaine interactivité, même anecdotique.

Comme pour beaucoup d'autres constructions sur le même thème, cette demi-maison est donc avant tout un playset, avec son côté ouvert qui permet de profiter des différentes pièces et de leurs aménagements.  On pourrait débattre de l'intérêt de nous fournir une demi-construction alors que le modèle est plutôt destiné à trôner au milieu d'un village hivernal ressorti des cartons à l'occasion des fêtes de fin d'année, mais je trouve que la maison reste ici suffisamment "fermée" sur trois côtés pour pouvoir être exposée sous certains angles.

La brique lumineuse fournie à installer sous le toit ne fait pas de miracle. Elle éclaire mollement la chambre des elfes, et uniquement si vous maintenez le doigt sur le bouton déporté. On ne le répètera jamais assez, il serait temps que LEGO propose une brique lumineuse avec un bouton marche / arrêt qui permettrait des mises en scène plus abouties.

J'espère également que le projet de kits d'éclairage "officiels" LEGO Night Mode vaguement testé en début d'année aboutira rapidement à quelque chose de concret. Le fabricant est à la traîne sur ce sujet alors que de nombreuses marques tierces proposent depuis déjà longtemps des solutions d'éclairage à intégrer dans les constructions et les deux fausses guirlandes lumineuses placées sur les bords du toit de ce clubhouse auraient vraiment mérité d'être fonctionnelles.

10275 Elf Club House

Le renne aux bois souples non détachables est basé sur le même moule que celui fourni en version Patronus dans le set LEGO Harry Potter 75945 Expecto Patronum (2019). La figurine est très réussie, j'aurais d'ailleurs volontiers échangé un des quatre elfes contre un second exemplaire du cervidé. Espérons que LEGO nous propose l'année prochaine un traîneau du Père Noël tiré par quatre de ces jolies figurines, celles du set 10245 Winter Village Santa's Workshop (2014) composées de briques prennent un vrai coup de vieux.

Les quatre minifigs sont toutes habillées du même torse, coiffées du même chapeau avec oreilles intégrées et seules deux d'entre elles disposent d'expressions faciales alternatives. Pas de personnage à la tenue légèrement différente identifié par exemple comme le chef d'équipe, c'est dommage.

Il n'y a que cinq stickers à coller dans cette boite dont un portrait des quatre elfes avec leur employeur, deux panneaux de direction dont un qui renvoie vers l'atelier, un calendrier et l'écran de l'ordinateur. C'est plus que les trois autocollants de la Gingerbread House mais ça reste raisonnable. Je note quelques différences de teinte sur les briques en Sand Green qui constituent les murs du premier étage. Le problème n'est donc toujours pas résolu, il faudra faire avec.

10275 Elf Club House

Pour résumer, cette maison des elfes est vraiment dans le thème, elle est plaisante à assembler, elle participe au contexte global en s'associant à l'atelier du Père Noël et elle peut même être transformée en simple chalet de montagne en retirant les quelques attributs festifs visibles sur la façade.

La comparaison avec la construction du set 10267 Winter Village Gingerbread House (1477 pièces), qui avait placé la barre très haut, n'est pas à l'avantage de ce nouveau bâtiment moins spacieux mais vendu au même prix. Le set proposé l'année dernière et toujours disponible sur la boutique officielle ne nous permet toutefois d'obtenir que deux personnages en pain d'épices, contre quatre minifigs et un renne moulé cette année.

Si vous êtes de ceux qui aiment ressortir leurs sets de l'univers Winter Village en fin d'année, je pense que cette nouvelle référence ne vous décevra pas avec un produit original et bien fini qui s'intégrera parfaitement au reste de la collection. 94.99 €, c'est comme souvent un peu cher pour une petite construction d'une vingtaine de centimètre de haut, mais c'est le prix à payer pour compléter sans attendre un Winter Village qui s'étend un peu plus chaque année et ne pas devoir remplir les poches des revendeurs sur le marché secondaire lorsqu'il sera trop tard.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Date limite fixée au 4 octobre 2020 prochain à 23h59.


75290 Mos Eisley Cantina

On s'intéresse aujourd'hui rapidement au contenu du set LEGO Star Wars 75290 Mos Eisley Cantina (3187 pièces - 349.99 €), le second set à être officiellement estampillé de la mention "Master Builder Series" après la référence 75222 Betrayal at Cloud City commercialisée en 2018. Pour faire simple, il s'agit donc ici plus d'un playset de luxe que d'un pur produit d'exposition.

Ce n'est pas la première version de la Cantina de Mos Eisley commercialisée par LEGO : trois sets plus ou moins étoffés ont été vus au catalogue du fabricant depuis 2004 et le lancement de la référence 4501 Mos Eisley Cantina, suivi en 2014 du set 75052 Mos Eisley Cantina puis en 2018 du set 75205 Mos Eisley Cantina. C'est en revanche la première fois que LEGO se décide à prendre le sujet un peu plus au sérieux et à essayer de le traiter de manière plus exhaustive.

Les mauvaises langues trouveront que cette reproduction de la Cantina est à peu de choses près le résultat de l'assemblage de trois ou quatre exemplaires du playset beaucoup plus sommaire vu dans le set 75052 Mos Eisley Cantina commercialisé en 2014. Et ils n'auront pas totalement tort : on y retrouve les mêmes techniques d'assemblage jusque dans certains détails. Ne cherchez pas ici de prouesses en matière de design, le set est sur cet aspect du niveau des jouets habituels de la gamme LEGO Star Wars, le gigantisme et la modularité en plus.

On se rend rapidement compte que l'intitulé "Master Builder Series" ne concerne finalement que la quantité d'éléments à assembler et le set n'a pas grand chose à offrir en matière de complexité de construction. On alterne entre de longues séquences d'empilage de briques beiges et quelques phases plus divertissantes au cours desquelles on s'attaque aux meubles, aux deux véhicules fournis et aux accessoires. C'est le sujet du set qui veut ça, difficile d'en vouloir à LEGO.

Difficile également de parler de possibilités ludiques avec cette boite, je ne vois personne passer même quelques minutes à "jouer" avec cette Cantina. On peut donc considérer que la possibilité de la présenter en position ouverte ou de retirer les éléments de toit sont des options exclusivement au service de l'exposition du produit. Il manque d'ailleurs de quoi éviter de se retrouver avec une Cantina dont le sol autour du comptoir sera celui de l'étagère ou du meuble sur lequel elle est exposée, si vous faites le choix de la laisser en position semi-ouverte ou complètement dépliée.

Quelques plaques supplémentaires auraient sans doute permis de ne pas "casser l'ambiance" avec un intérieur mieux fini. Quitte à conserver le principe utilisé ici, les designers auraient aussi pu déporter la frange de tenons visible au pied des alcôves autour du comptoir pour avoir la possibilité de laisser plusieurs personnages enfichés près de cet élément central même en position ouverte. Prévoyez un peu plus d'un mètre de long si vous envisagez d'exposer la Cantina et la boutique des Jawas en position ouverte.

75290 Mos Eisley Cantina

75290 Mos Eisley Cantina

Plus qu'un produit qui aurait vocation à permettre de "rejouer" certaines scènes du premier épisode de la saga, cette Cantina est donc un diorama statique qui met à profit les possibilités offertes par le concept LEGO pour proposer au moins un clin d'œil relatif à l'affrontement entre Han Solo et Greedo. Le petit mécanisme placé sous chacun des sièges de l'alcôve permet de faire basculer au choix l'un ou l'autre des personnages en premier, je ne vous fais pas un dessin. La référence est là, elle fera plaisir aux fans et c'est toujours mieux que rien. Le reste du set n'a pas grand chose à offrir en matière de jouabilité, à part la possibilité de positionner les 21 personnages comme bon vous semble et d'ouvrir quelques portes.

La solution imaginée par le designer pour permettre un accès relativement aisé au cœur du playset lorsque la Cantina est refermée est intéressante. Les alcôves sont recouvertes de modules de toit indépendants et le comptoir reste visible à travers la structure ajourée qu'on vient simplement poser sur la construction.

Certains auraient sans doute préféré pouvoir fermer totalement le bâtiment pour obtenir une construction vraiment "complète", mais je pense que la solution utilisée reste un bon compromis. L'extérieur de la Cantina est  soigné, le set est aussi pensé pour être éventuellement exposé fermé et rien n'a été oublié. L'enclos du Dewback avec son abreuvoir et son anneau est là, l'autre façade du bâtiment est agrémentée de quelques accessoires décoratifs et les deux évaporateurs donnent un peu de volume au diorama.

LEGO aurait aussi pu se contenter de nous vendre uniquement le bâtiment principal, mais les designers ont eu la bonne idée d'essayer de le mettre dans un contexte plus global en ajoutant quelques éléments piochés dans les rues de Mos Eisley : deux engins, une petite construction supplémentaire et quelques évaporateurs.  à 350 €, il ne fallait pas s'attendre à un village entier et ce qu'on obtient ici est déjà un bon début.

75290 Mos Eisley Cantina

75290 Mos Eisley Cantina

LEGO sait très bien que beaucoup de ceux qui feront l'acquisition de cette boite sont des habitués de la gamme LEGO Star Wars et disposent déjà d'au moins un Landspeeder de Luke, de quelques Jawas et de Sandtroopers à faire patrouiller dans les rues de ce nouveau diorama. Il n'y avait donc à mon avis pas lieu d'essayer d'être encore plus exhaustif au risque de gonfler le prix public du produit et de le rendre encore moins accessible.

Une version de la capsule Ubrikkian 9000 Z001 était déjà livrée en 2018 dans le set 75205 Mos Eisley Cantina. Celle fournie ici est une variante elle aussi habillée de nombreux stickers. L'autre speeder fourni dans cette boite est un peu plus intéressant, il s'agit d'un V-35 Courier Landspeeder inédit chez LEGO et vu brièvement pour la première fois à l'écran aux abords de la Cantina. L'engin ne méritait sans doute pas d'apparaître dans un set au contenu limité et au tarif plus modeste, mais sa présence ici contribue vraiment à mettre le bâtiment principal dans le contexte vu à l'écran.

La boutique des Jawas aurait presque pu être commercialisée seule, elle est suffisamment détaillée et fonctionnelle pour offrir un peu de jouabilité et son niveau de finition est raccord avec le reste du set. elle peut être clipsée au bâtiment principal ou exposée séparément, c'est vous qui voyez.

On n'échappe pas à la traditionnelle planche de stickers, mais le nombre d'autocollants à poser est plutôt raisonnable sachant que seulement cinq d'entre eux concernent la Cantina elle-même. L'intitulé "Master Builder Series" ne nous permet donc pas d'échapper à ces éléments "périssables" qui n'ont pourtant rien à faire sur un pur produit d'exposition. Les pièces tampographiées se font rares dans cette boite, mais on retiendra surtout la présence de trois jolies caisses grises tampographiées de la mention "CARGO" en Aurebesh (voir plus bas).

75290 Mos Eisley Cantina

75290 Mos Eisley Cantina

La dotation en minifigs est intéressante même si elle se contente de réutiliser de nombreuses figurines déjà vues notamment dans les autres boites qui traitent du même sujet. L'ajout de quelques figurants et autres personnages dont la brève présence à l'écran ne les rendaient pas forcément prioritaires dans les playsets habituels devraient toutefois suffire à motiver les fans pour passer à la caisse.

Dans l'univers Star Wars plus qu'ailleurs, on sait que le moindre personnage a tendance à devenir "culte" au fil des années même si il n'apparaît que quelques secondes à l'écran et qu'on ne sait en définitive pas grand chose à son sujet. LEGO ne s'y trompe pas et le fan service atteint ici des sommets : Ponda Baba (avec ses deux bras), Cornelius Evazan, Labria, Hrchek Kal Fas, Momaw Nadon, Kabe et Garindan viennent donc donner du piment au set et aiguiser l'appétit des collectionneurs les plus complétistes.

Le reste du casting est déjà présent au catalogue LEGO, soit à l'identique soit dans une variante suffisamment proche. Même le moule utilisé ici pour le Dewback est celui déjà utilisé pour la créature vue dans le set 75052 Mos Eisley Cantina commercialisé en 2014, et il faut simplement se contenter d'une nouvelle tampographie plus contrastée qui en fait donc une créature "exclusive". L'attirail amovible et remplaçable par des éléments neutres qui permet au Sandtrooper de chevaucher la créature est identique à celui de 2014.

75290 Mos Eisley Cantina

75290 Mos Eisley Cantina

Seuls trois des sept membres du groupe Figrin D'an and the Modal Nodes sont présents dans le set, mais on ne peut pas reprocher à LEGO d'avoir sacrifié une partie de la troupe pour intégrer d'autres personnages dans la boite. Vous pourrez toujours ajouter les trois membres du groupe présents dans le set 75052 Mos Eisley Cantina et jouer au jeu des sept différences, les figurines sont identiques même si celles fournies dans cette nouvelle boite sont composées de pièces portant de nouvelles références.

Wuher et Greedo étaient déjà livrés à l'identique dans le set 75205 Mos Eisley Cantina. Obi-Wan Kenobi était en 2019 dans le set 75246 Death Star Cannon. Les deux Sandtroopers sont identiques à l'exception de leurs épaulières respectives et on trouvait déjà cette figurine dans le set Microfighters 75228 Escape Pod vs. Dewback (2019), Luke est au catalogue LEGO depuis 2016 dans cette version et Han Solo est déjà dans le set 75159 Death Star depuis 2016.

Momaw Nadon (Hammerhead) réutilise le moule de la tête du Jedi Master Ithorien déjà vu en 2014 dans le set 75051 Jedi Scout Fighter basé sur la série animée The Yoda Chronicles. On retiendra également la solution utilisée pour reproduire le masque de Garindan avec son filtre à air nasal. C'est vraiment très réussi et ça reste dans l'esprit LEGO.

Je suis moins convaincu par les figurines de Labria aka Kardue'sai'Malloc et Kabe avec leurs accessoires à enficher sur une tête classique. Un élément moulé aurait été plus adapté pour ne pas créer la surcouche de plastique visible sur la tête de ces deux figurines qui du coup ont un peu de mal à s'intégrer visuellement aux côtés des très réussis Ponda Baba et Hrchek Kal Fas.

LEGO aura fait de son mieux pour la figurine de Cornelius Evazan, symbolisant la difformité du visage du personnage à grands renforts de traits simplement tampographiés sur une tête classique. Le compromis me semble acceptable, il n'y avait pas forcément besoin d'en faire des tonnes et on reconnaît le personnage au premier coup d'œil. Sur le plan technique, Han Solo et Cornelius Evazan souffrent du problème habituel de teinte lorsqu'il s'agit de tampographier du blanc ou du beige sur un fond plus sombre.

75290 Mos Eisley Cantina

Plus qu'une interprétation inédite et rafraîchissante de la Cantina de Chalmun, que LEGO nous a déjà proposé jusqu'ici via des playsets beaucoup moins ambitieux, je pense qu'on obtient enfin ce qui se rapproche le plus d'une version qui s'affranchit des contraintes habituelles liées au positionnement tarifaire des produits LEGO et se permet donc quelques raffinements.

Cette Cantina "complète" renvoie les quelques morceaux de murs habituels au rayon de simples jouets pour enfants et permet enfin de traiter le sujet plus sérieusement et de manière définitive. Même si l'endroit n'apparaît que quelques minutes à l'écran, il fallait que LEGO se décide un jour à pousser le fan service jusqu'au bout au lieu de se contenter d'aborder mollement la question. C'est fait et plutôt bien fait mais il faudra débourser la modique somme de 350 € pour s'offrir ce playset de luxe, le casting principal des scènes se déroulant autour et à l'intérieur de la Cantina et une grosse poignée de figurants inédits.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Date limite fixée au 30 septembre 2020 prochain à 23h59.

75290 Mos Eisley Cantina


76167 Iron Man Armory

On jette aujourd'hui un rapide coup d'œil au set LEGO Marvel 76167 Iron Man Armory (258 pièces - 29.99 €), une petite boite qu'on peut considérer comme un complément au set 76125 Iron Man Hall of Armor commercialisé depuis 2019 et toujours disponible sur la boutique officielle en ligne.

Même si de nombreux fans n'ont pas attendu que LEGO réagisse et ont déjà investi depuis longtemps dans plusieurs exemplaires du set 76125 Iron Man Hall of Armor, les quatre nouveaux modules d'exposition livrés dans cette boite sont construits sur le même modèle que ceux de l'autre set et sont donc parfaitement compatibles. Il suffira de les clipser sur les neuf exemplaires déjà disponibles pour obtenir une salle des armures encore plus consistante.

LEGO aurait pu se contenter de nous vendre une possibilité d'agrandir ce que beaucoup de fans utilisent comme un présentoir pour les nombreuses versions de l'armure de Tony Stark produites jusqu'ici mais le fabricant n'oublie pas au passage de faire quelques clins d'œil appuyés à plusieurs scènes du premier épisode du MCU comme le cheeseburger ou la Tile avec un sticker représentant le joint de la culasse du Hot Rod Ford Flathead 1932.

Le Hot Rod LEGO n'est pas une version ultra-détaillée du véhicule vu à l'écran mais il a au moins le mérite d'exister. Pas de vraie calandre, des flancs de pneus qui devraient être blancs et et un moteur résumé à sa plus simple expression, c'est en effet relativement sommaire mais suffisant pour meubler un peu le labo.

76167 Iron Man Armory

Comme pour certains des modules de l'autre set qui met en scène le Hall of Armors, chaque emplacement est habillé d'une pièce transparente sur laquelle on colle un sticker représentant un modèle d'armure bien précis. Il faudra alors piocher dans d'autre sets de votre collection pour associer la minifig correspondante : L'armure classique fournie dans cette boite et quelques autres, la version Mark II inédite livrée ici, l'armure de War Machine disponible dans le set 76153 Helicarrier et l'armure Blazer (Mark 22 - Hot Rod) livrée dans le set 76166 Avengers Tower Battle.

Il manque au moins un slot pour l'armure Tazer (Mark 30 - Blue Steel) également livrée dans le set 76166, mais vous pouvez facilement assembler quelques modules supplémentaires et lui faire une place même sans le sticker correspondant.

Si les stickers transparents collés sur les vitres placées derrière les armures exposées fonctionnent visuellement plutôt bien, les deux autocollants placés sur les écrans suspendus ne sont plus vraiment visibles en raison des tenons présents au dos des pièces sur lesquelles ils prennent place. C'est dommage.

Comme on pouvait se poser la question de la présence des deux Outriders dans le set 76125 Iron Man Hall of Armor, on se demande un peu ce que viennent faire les deux agents de l'A.I.M. dans cette nouvelle boite, même s'il est évident que LEGO aura voulu inclure de quoi s'amuser un peu au delà de se contenter d'enfiler les deux armures fournies ou de bricoler le Hot Rod. On sait également que la vague de sets LEGO Marvel Avengers de cette année est plus ou moins directement associée à la sortie du jeu vidéo Marvel's Avengers et ce set suit le mouvement.

76167 Iron Man Armory

La minifig de Tony Stark est à la fois conforme et un peu décevante : elle représente le personnage vu dans son laboratoire avant sa captivité et les modifications corporelles qui vont avec mais elle se contente de réutiliser le torse d'Owen Grady disponible depuis 2019 dans les sets Jurassic World 75937 Triceratops Rampage et 75938 T.rex vs Dino-Mech Battle.

Tony Stark porte un pull noir dans la scène au cours de laquelle il travaille sur le Hot Rod, une pièce plus appropriée aurait donc été la bienvenue. La tête du personnage, une pièce très courante dans la gamme, peut être utilisée sur l'une des deux armures fournies : elle est déjà équipée du HUD sur l'une des faces. Le téléphone de Tony Stark est la pièce tampographiée vue dans de nombreuses boites depuis 2014.

Les deux armures fournies sont toutes deux équipées de têtes neutres transparentes, indispensables pour placer le casque sur les épaules de la minifig. La version Mark II est inédite et pour l'instant exclusive à cette boite. L'autre armure est présente dans plusieurs sets commercialisés cette année (76152 Avengers : Wrath of Loki, 76153 Helicarrier, 76164 Iron Man Hulkbuster Versus A.I.M. Agent et 76166 Avengers Tower Battle) et il n'y a ici guère que l'équipement dorsal recouvert de stickers qui soit véritablement inédit.

Les tampographies sont très réussies, à l'exception du cou de Tony Stark qui est comme souvent dans un ton chair très clair qui n'est pas raccord avec la tête. La microfig, livrée en deux exemplaires, est aussi exclusive à ce set avec une tampographie différente de celle vue dans le 76042 The SHIELD Helicarrier commercialisé en 2015. En y regardant de très très près, la tampographie est comme souvent sur ces petits éléments très grossière mais personne n'ira vraiment coller son nez sur ces figurines et de loin, ça fonctionne.

Les deux agents de l'A.I.M. sont identiques et sont aussi livrés cette année dans les sets 76143 Avengers Truck Take-down, 76166 Avengers Tower Battle et 40418 Falcon & Black Widow Team-Up.

En résumé, si vous disposez déjà du set 76125 Iron Man Hall of Armor, cette petite extension vendue 30 € vous permettra d'étoffer un peu votre diorama, si ce n'est pas déjà fait en cumulant les exemplaires du set commercialisé depuis 2019.

Cette boite se suffit également à elle-même en proposant une version encore plus sommaire du labo de Tony Stark dont certains jeunes fans se contenteront peut-être car elle offre de quoi s'amuser un peu sans forcément chercher à aligner les armures sur une étagère. Les collectionneurs les plus assidus n'ont comme souvent pas le choix, l'armure en version Mark II étant pour l'instant exclusive à ce set.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Date limite fixée au 26 septembre 2020 prochain à 23h59.


LEGO Brickheazd Universal Monsters 40422 Frankentsein

Comme prévu, la figurine LEGO BrickHeadz 40422 Frankenstein sera disponible dès le 15 septembre prochain sur la boutique officielle et le fabricant a mis en ligne la fiche du produit accompagnée de plusieurs visuels.

Contrairement à ce que sous-entend la description du produit, Frankenstein n'est pas le nom de la créature, c'est celui du savant Victor Frankenstein qui a assemblé ce monstre.

Dans cette boite sous licence Universal vendue 9.99 € / 12.90 CHF, 108 pièces pour assembler une figurine qui me semble plutôt réussie et fidèle à l'image qu'on se fait du monstre incarné à l'écran dans les années 30 par l'acteur Boris Karloff.

BRICKHEADZ 40422 FRANKENSTIEN SUR LE SHOP LEGO >>

LE SET EN BELGIQUE >> LE SET EN SUISSE >>


40386 Batman

On s'intéresse aujourd'hui rapidement à la nouvelle gamme LEGO Brick Sketches via l'une des quatre références commercialisées depuis le mois de juillet : le set 40386 Batman (115 pièces - 19.99 €).

Vous le savez déjà, ces mini-portraits sont directement inspirés du travail de Chris McVeigh, un AFOL de longue date qui est devenu cette année designer chez LEGO. L'artiste est d'ailleurs mis en avant dès les premières pages du livret d'instructions avec une grosse photo et un rappel de l'origine de ces portraits.

Il n'y a en revanche pas grand chose dans la trop grosse boite vendue 20 € chargée de nous impressionner un peu et de donner du volume à ce produit composé d'à peine plus d'une centaine de pièces.

On peut d'ailleurs diviser le contenu du set en deux parties distinctes avec d'un côté le cadre qui sert de support à l'œuvre et de l'autre les éléments qui constituent la partie créative du produit. Le cadre blanc en 12x16 avec son pied qui permet d'exposer le portrait sur le coin d'un bureau ou d'une étagère est composé de 29 pièces. Il reste donc 86 éléments dans cette boite pour reproduire le visage de Batman par superpositions successives de blocs de pièces qui lui donneront un peu de relief.

40386 Batman

Ne vous attendez pas à y passer plus de quelques minutes, il ne s'agit ici que d'empiler des plaques en suivant les instructions, sans techniques particulières qui justifieraient d'être plus attentif que d'habitude. L'intérêt du produit ne réside pas vraiment dans le processus de construction, c'est le résultat qui a une vocation artistique.

Et il faut bien admettre que le ratio nombre de pièces utilisées / originalité du résultat est intéressant. On reconnaît Batman au premier coup d'œil, l'interprétation du visage du personnage avec son masque a un petit côté comic très appréciable et ça fonctionne.

On aura beau juger que le concept est d'une simplicité presque enfantine, mais il fallait d'abord y penser puis savoir faire preuve d'une créativité suffisante pour que chaque portrait soit original et créatif en plus d'être immédiatement assimilable au personnage de référence.

Difficile cependant d'occulter le "problème" de cette mini gamme de produits à collectionner qui rivalisera peut-être un jour avec l'autre univers destiné aux collectionneurs invétérés, celui qui décline à l'infini ou presque des personnages au format BrickHeadz : le prix public fixé à 19.99 €.

On aura tout lu et entendu sur le sujet, chacun estimant le juste prix auquel il faudrait vendre ces boites : 9.99 €, 12.99 €, 14.99 €... Tout y passe avec des tarifs plus ou moins élevés en fonction de ceux des autres produits vendus par LEGO utilisés comme référence pour estimer le positionnement tarifaire idéal de cette nouvelle gamme.

40386 Batman

Si LEGO facture ces produits au prix fort, c'est à mon avis surtout parce que ce sont des créations inspirées du travail de Chris McVeigh, un MOCeur très populaire chez les AFOLs qui a signé chez LEGO depuis quelques mois. Je ne serais d'ailleurs pas étonné de voir arriver prochainement au catalogue LEGO l'autre concept qui a contribué à la popularité de cet artiste : les différentes collections d'ornements pour sapin de Noël qui ont été rassemblées dans deux livres publiés en 2016 et 2018 par l'éditeur No Starch Press.

Le service marketing du fabricant aura jugé que la popularité du monsieur et celle de ses créations permettent d'afficher ces mini-tableaux au tarif que nous connaissons. D'autres considéreront que c'est de l'art avant d'être du LEGO et que les quelques éléments en plastique assemblés ici méritent mieux que le prix moyen au kilo habituel. C'est sans doute vrai.

À chacun de juger si ces mini-tableaux valent leur prix public, en ce qui me concerne c'est beaucoup trop cher pour une idée, certes intéressante, récupérée par LEGO avec l'embauche de celui qui l'a eue en premier. Je n'ai jamais pour autant tenté de reproduire une des créations de Chris McVeigh avant son arrivée chez LEGO et je me contentais simplement, comme beaucoup d'entre nous, d'admirer les différentes propositions en ligne sur sa galerie flickr. Je continuerai à faire de même avec la version officielle de ces Brick Sketches.

Note : Le set présenté ici, fourni par LEGO, est comme d'habitude mis en jeu. Date limite fixée au 24 septembre 2020 prochain à 23h59.